Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/07/2012

Notre Canal du Midi. Alors quand commence-t-on les travaux? Arrêtons de parler et agissons enfin!!

Saint du jour :                 Sainte Brigitte                  

Contrepèteries :             Il ne veut pas qu'on le chipote quand il trie

                                           Il y a des sites sans bosses

                                           Irrésistible attrait de la Chine pour le Pakistan

                                           L'hôtelier étalait ses carpettes sur la route

Dicton Français :             Il faut estimer ce sue l'homme fait, pas ce qu'il peut faire

Dicton Juif :                      L'aumône est le sel des riches

Dicton Africain :              Le mensonge donne des fleurs mais pas de fruits          

Proverbe Chinois  :         En buvant l'eau du puits, n'oubliez pas ceux qui l'ont creusé

Dicton du jour :

 

Les promesses en politique n'engagent que ceux qui les reçoivent

Charles Pasqua

 

 

Notre Canal du Midi, alors quand commence-t-on les travaux? Arrêtons de parler et agissons enfin!

 

Certains diront: "Il exagère avec le canal du Midi". C'est vrai, j'en parle beaucoup car j'aime non seulement les paysages autour du canal mais aussi tous les formidables paysages du sud de la France. Certains défendent la veuve et l'orphelin, je cherche à défendre le Canal du Midi et les paysages que tous les touristes adorent voir et admirer pendant leurs vacances.

 

On commence à beaucoup en parler, les journalistes qui ne font que répéter à qui veut le lire, les imbécilités colportées par les politiques en mal d'électorat, un Sénateur qui n'a fait que noircir du papier, 133 pages dont les trois-quarts totalement inutiles et le reste sans aucune idée ni aucun contenu. Maintenant c'est le Préfet de Région Midi-Pyrénées qui envoie un message subliminal à l'attention de l'UNESCO concernant la zone tampon du canal, "Faites-nous confiance Mesdames et Messieurs de l'UNESCO, les gouvernements se suivent, vous mentent et cela ne changera aucunement" car tel est le message qui passera. Comment un Préfet, qu'il soit de Région ou de Département, ferait-il plus que ses prédécesseurs? Il est là pour quoi, pour toucher une paye et c'est malheureusement tout .

 

Les VNF, même si vous mettez un socialiste à sa tête comme il en est question, rien ne changera, une nouvelle tête mais aucune nouvelle compétence. Hors c'est de cela que nos voies navigables sont malades et en particulier notre monument le Canal du Midi, de l'incompétence, de la nullité d'un pouvoir trop centralisé, de politiques qui n'ont aucune idée.

"Alain Chatillon sénateur sans idée" , "Henri-Michel Comet Préfet sans effet ni relief", qu'allez-vous encore raconter dans les mois qui suivent pour faire durer le plaisir et mentir à l'UNESCO?. Tout le monde le sait, le mal des canaux et surtout ceux du Sud de la France, c'est l'incapacité notoire des Voies Navigables de France de le gérer, de l'entretenir, de le maintenir, d'avoir des idées novatrices pour le rentabiliser. Les VNF, une Entreprise Publique qui ne sait faire que du vieux avec du vieux.

 

Cela fait beaucoup de temps que, à l'inverse de beaucoup qui ne voit que le beau côté des choses,   je démontre l'état lamentable des canaux qu'ils soient du Midi, de Brienne, des Deux Mers, de la Garonne, de la Robine. Les VNF c'est un amoncellement de travaux mal faits ou non faits, de l'argent utilisé à toutes autres choses que l'entretien de nos voie d'eau, de mensonges en tout genre concernant l'état réel des voies et du Canal du Midi en particulier. Regardez comment est traité la maladie du chancre, après n'avoir rien fait, on coupe les arbres mais on n'a pas d'argent pour les remplacer, on ne refait pas les berges repoussant à 5 ou 6 ans un autre mal que sera l'écroulement des dites berges lorsque les racines pourriront.

Je l'ai déjà démontré mais une fois de plus en voici la démonstration et la ville de Toulouse ou l'agglomération va en prendre pour son grade au passage. Les photos qui suivent représentent un condensé du manque d'entretien des canaux, toutes ces photos ont été prises en un espace restreint de 300 mètres mais vous pourrez constater lors d'une promenade que c'est l'intégralité du réseau qui est dans cet état lamentable. les Conseils Régionaux et Généraux, les Villes, les Communautés Urbaines, les Communes dépensent de l'argent pour mettre en valeur des voies d'eau totalement à l'abandon.

 

IMGP0959.JPG

A chaque arbre les racines soulèvent la Voie Verte, détruisant la voie de roulement.

IMGP0966.JPG

Alors parfois, un miracle. L'agglo Toulousaine intervient, mais ces travaux commencés il y a plus de 10 jours ne sont pas terminés. Peut-être n'a-t-on pas la solution pour enjamber la racine!

IMGP0962.JPG

Les ronces et les arbres ainsi que toute la végétation envahissent la Voie Verte, c'est très agréable d'avoir les ronces qui vous balayent les jambes. Allez demander aux Anglais et Hollandais ce qu'ils en pensent!

IMGP0963.JPG

IMGP0968.JPG

 

IMGP0969.JPG

Les berges s'écroulent en de nombreux endroits et on peut voir la fameuse Voie Verte commencer à s'écrouler dans la cuvette du canal. Mais vous admirerez au passage l'épaisseur de la couche et de la sous-couche de la Voie Verte.

Et malgré ces travaux bâclés ou non faits, les politiques se tournent ostensiblement vers les VNF pour avoir un avis, on croit rêver!!!!

Les VNF  et SNSO se contentent de parer au plus pressé pour ne pas s'attirer les foudres de l'UNESCO, de l'État et des collectivités. Faire des travaux tels la Voie Verte sur des berges non consolidées, planter des platanes et autres essences sans refaire les berges ni se soucier de vérifier si des sciures, copeaux ou autres parties des platanes malades, ne sont pas sur les berges, ne pas savoir faire un tunage, ne pas contrôler les travaux, ne pas retirer les vases de la cuvette, ne pas contrôler les plaisanciers, ne pas faire respecter les règlements des voies d'eau, supprimer la navigation commerciale  sur les canaux, laisser des épaves à gauche et à droite et dépit de la sécurité des promeneurs, ne pas prendre les règles les plus élémentaires de sécurité, ne pas effectuer de contrôles sue la qualité de l'eau, les constructions bâties le long des voies d'eau ce sont autant de grieffes mettant en cause la compétence des VNF et de la SNSO.

 

Il faut commencer par remettre à plat la gestion de ces voies d'au. Qu'il n'y ai pas 50 interlocuteurs et qu'une coordination efficace soit mise en place. Il faut une définition claire et simple de la zone tampon et surtout il faut "UN PROFET POUR RENTABILISER".        

 

Quand est-ce qu'un (ou une) politique  ou une Entreprise Publique comprendra ce que le mot "rentabilité" signifie car le mal du canal du Midi est le même que bon nombre d'autres monuments, Entreprises publiques, entreprises privées, c'est un manque de rentabilité et un manque d'entretien. Qu'est-ce qu'il faut, qu'on aille voir l'UNESCO avec les preuves le l'incapacité notoire des VNF et de SNSO, des pouvoirs publics, des Régions et de l'État? C'est ce qui va bientôt être fait!

09/06/2012

Une voie verte dans l'Aude? Une bonne idée pour le canal, mais il faudrait revoir les chiffres et voir avec les VNF!

On peut lire depuis quelques temps, une très bonne nouvelle pour le Canal du Midi, l'étude d'une voie verte sur les chemins de halage de l'Aude. Sans vouloir être rabat-joie, il semble qu'il faut tempérer cette annonce car les chiffres annoncés ne semblent franchement pas crédibles et pour de mulitples raisons.

Certainement les cyclistes de tous poils, les promeneurs, les joggeurs et autres randonneurs et cavaliers, souhaitent tous voir des chemins praticables le long du Canal du Midi.  Mais comme il est dit dans l'article de Midi Libre, il ne s'agit pas d'une simple piste cyclable, et il ne faut pas, non plus, oublier des paramètres dans les calculs de rentabilité.  

001.JPGPar exemple, il faut aller voir les problèmes le long du canal de Garonne, lequel est longé par une Voie Verte mise en place par les Conseils Régionaux d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées et non pas par les Conseils Généraux?. Il faut donc applaudir des deux mains l'initiative du Conseil Général de l'Aude. Quels problèmes sont rencontrés et qui seraient cachés? Tout d'abord concernant l'utilisation, les canaux sont, en général, pourvus de chemins de halage des deux côtés. Hors, sauf erreur de ma part, le canal du Midi est dépourvu de chemins de halage sur de multiples tronçons, alors "Quid des tronçons non pourvus?". D'autre part on assiste à une compétition le long des canaux, il m'est arrivé très fréquemment d'avoir des problèmes avec des 'coureurs du Dimanche" lesquels prennent les berges 002.JPGpour des pistes de compétitions alors qu'il devrait y avoir un partage entre les différents usagers. Alors, comment seront prévus les aménagements? Mixtes ou une rive = un usage? Enfin, si l'initiative est louable, n'a-t-on pas omis l'impact des VNF sur le Canal? Jusqu'à preuve du contraire les cuvettes et berges restent sous l'entretien de cette Entreprise Publique sans financements suffisants. Hors comme le prouvent ces photos du canal latéral de Garonne, les berges s'effondrent et les Voies Verts payées par les Collectivités locales s'effondrent à leur tour de par la faute des VNF. Alors, ne serait-il pas nécessaire; avant que de faire une voie asphaltée, de vérifier ce que compte faire les VNF? La question est posée, reste à attendre la réponse des VNF.

Une autre question concerne le calcul de rentabilité qui paraît outrancièrement optimiste. Apparemment, il n'est pas tenu compte des autres postes de dépenses nécessaires au Canal du Midi, pour effectuer la rentabilité du projet. Les dépenses effectuées par le Conseil Régional, par les VNF, par l'État, par les communes, ne semblent pas intégrées ce qui faussent totalement la rentabilité, on ne compte que les dépenses du Conseil Général de l'Aude et ce n'est plus trop difficile de trouver des chiffres démentiels. Le Canal du Midi dans l'Aude ce sont, si mes chiffres sont bons, 131 kilomètres dans l'Aude auxquels s'ajoutent 36 kilomètres du Canal de la Robine, soient 167 kilomètres linéaires. Il faut donc 100.000 euros du kilomètre donc un total de 16,7 millions d'euros pour la faisabilité. Pour les retombées, il est annoncé un chiffre global sans aucun détail de 180.000 euros le kilomètres donc en gros 30 millions d'euros. Peut-on savoir comment sont calculées ces retombées mirifiques de 80% par an permettant une rentabilisation en 3 ans? C'est l'ancien directeur de la Caisse des Dépôts qui pose cette question. A  ce tarif, les banques Européennes devraient acheter du kilomètre linéaire de canal en France plutôt que des actions dévaluées. A-t-on tenu compte également de la dévaluation qui s'ensuivra lorsque les platanes du canal du Midi seront abattus sans être remplacés?

A-t-on tenu compte de l'état général du Canal du Midi avant de faire et chiffrer le projet? Vraiment, le projet est digne d'intérêt mais il va droit dans le mur avec de tels chiffres.