Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/07/2012

Canal du Midi: Un petit rapport pour ne rien dire. Bravo Monsieur Alain Chatillon!! Un rapport illégitime pour une ambition légitime et c'est tout!

Saint du jour :                 Saint Martinien

Contrepèteries :             Abandonnées aux chutes, sans remises...

                                           Ils ont eu mal au foie, après l'avoir dénoncé

                                           Aucun e-mail n'est venu

                                           Quelques fois, les clans arrivent à pénétrer les groupes 

Dicton Français :             En guerre comme en amour, pour finir il faut se voir de près

Dicton Juif :                      Le rire et la légèreté conduisent à la honte

Dicton Africain :              Qui compte les fautes de son ami en sera abandonné

Proverbe Chinois :           Plus il y a de monde réuni, plus il y a de médisance

Dicton du jour :

 

Une politique ne tenant compte que de l'heure présente est toujours d'ordre inférieur

Gustave Le Bon

 

Canal du Midi: Un petit rapport pour ne rien dire. Bravo Monsieur Alain Chatillon!! Un rapport illégitime pour une ambition légitime et c'est tout.

 

Voila comme promis, mon rapport détaillé concernant le rapport de mission incomplet de Monsieur le Sénateur Alain Chatillon. J'en avais déjà parlé à chaud et à partir d'un rapport restreint de 4 pages, mais je ne peux pas m'empêcher d'en parler plus en détail et après avoir lu et relu le rapport complet que ce Sénateur doit considérer comme un chef d'œuvre abouti, chef d'œuvre de la médiocrité. J'espère ne pas en mettre trop long,  j'écrirais des pages et des pages pour la protection du Canal du Midi.

 

Un rapport restreint sans saveur, sans aucune idée novatrice, sans contenu concernant l'un de nos plus formidables monuments Français voir mondiaux. Et il est très surprenant de constater que les journaux, une fois de plus, ont pris pour argent comptant, les déclarations de celui qui ose nommer son rapport: "Une ambition légitime pour le Canal du Midi et le Canal des Deux Mers". L'an dernier, lorsqu'a commencé à se répandre le problème du chancre coloré détruisant les platanes de nos canaux, j'ai pu compter jusqu'à 21 journaux ou médias pour répéter inlassablement la même litanie et les mêmes fausses nouvelles. Aucun d'entre eux n'a cherché à approfondir le problème et a pris pour vérité les informations concoctées par les VNF. Cette année 2012, RECORD BATTU, pendant mon hospitalisation, j'ai eu plus de temps et j'ai pu compter 29 médias, journaux et télévisions rapportant la même ânerie: "LE RAPPORT DE MISSION DU SÉNATEUR ALAIN CHATILLON". Est-ce qu'à un seul instant, les journalistes se sont demandés si des pans entiers du rapport n'avaient pas été des copier/coller de leurs propres articles des deux précédentes années, agrémentés de ci de là d'idées copiées sur internet?!! Car il faut le dire, ce rapport pompeusement nommé n'est qu'un vulgaire copier/coller agrémenté de plagiats.

 

Premier paragraphe: "VNF SNSO DIRSO"

Copier/coller lamentable reprenant ce qui existe en au moins à une centaine d'exemplaires sur  Internet.

Temps d'élaboration calculé = une minute pour un néophyte sur un traitement de texte.

 

Deuxième paragraphe au titre racoleur: "vers une nouvelle gouvernance".

Ce paragraphe, totalement inutile reprend quelques évènements éculés, type charte régionale spécifique du Canal des Deux Mers dont on n'a jamais pu voir les effets mise à part la Voie Verte en Aquitaine et Midi-Pyrénées, quant au schéma de développement de 2002, sans doute s'agit-il d'un fantôme ou d'un rapport de 2003, rapport 2003-0084-001 du 15 Janvier 2004 sur le Canal du Midi.

On nous parle d'un nouveau projet inter régional, mais lequel est-il Monsieur Chatillon, peut-être est-ce le même projet qu'une certaine association qui annonce beaucoup sans jamais donner aucun détail!

Temps d'élaboration:  trois minutes pour aller chercher l'idée.

 

Troisième paragraphe: "Les plantations du canal du Midi: un enjeu majeur pour le devenir du canal du Midi".

C'est le paragraphe le plus consistant en terme de longueur de texte et non pas en terme de contenu. On y retrouve ce texte éculé concernant l'introduction du chancre coloré en 1945, mais qui a pu le prouver pour que même un Sénateur-Maire de Revel le place dans son rapport qui se devrait être circonstancié et sérieux? Pourquoi Monsieur Chatillon s'est-il cru obligé d'expliquer comment s'est répandue l'épidémie, avec force détail. Comme si nous ne le savions pas, en quoi ces explications peuvent amener du nouveau dans ce rapport? C'est vraiment du remplissage! Pourquoi ne pas expliquer plutôt, pourquoi l'État a tourné le dos aux voies fluviales en général et au Canal du Midi en particulier, depuis maintenant plus de 30 ans?

Ce paragraphe n'est présent que dans le but de donner raison aux VNF, pour sa conduite des opérations (totalement hors sujet), pour ses absences dans le combat contre l'épidémie du chancre coloré. Qui à ce jour peut nous donner à lire un rapport même très court sur la lutte contre l'épidémie du chancre pourtant connue depuis de très nombreuses années? Monsieur le Sénateur va jusqu'à sortir des chiffres qui dans l'ensemble donnent le même montant de 200 millions d'euros mais dont le détail ne correspond plus à ce qu'avait annoncé les Voies Navigables de France. Il y a bien une raison d'arriver à un chiffre approximativement de 200 millions sans fournir les mêmes ratios! C'est que le chiffrage n'a jamais été réellement fait et qu'on ne sait toujours pas combien coûtera la replantation, en incluant arrachage, remplacement et protection des berges.

D'ailleurs pourquoi annoncer des travaux d'envergure qui demandent un accompagnement financier collectif pour annoncer en réalité le montant global de 200 millions d'euros, uniquement parce qu'aucun chiffrage réel n'existe et que personne ne sait comment le montant sera provisionné.

Sinon, pour le reste, il s'agit de philosopher sur ce qu'il a déjà été dit concernant la structure paysagère, 6,58 mètres entre chaque arbre, la couleur des feuilles, il n'y a pas le prénom de celui qui va abattre le premier arbre mais c'est un oubli.

Maintenant le moment de gloire de Monsieur le Sénateur: (roulement de tambour), LE DÉFI, abattre 4000 arbres au lieu de 300 par an. On aurait certainement préféré que les VNF fassent leur travail et qu'on n'abatte que quelques arbres par an, ceux qui étaient vraiment inexorablement malades.

Temps d'élaboration: 15 minutes pour le calcul des coûts de travaux: 198 925 000 euros au lieu de 200 000 000 euros. Mais Monsieur Alain Chatillon nous prévient que l'évaluation n'inclut pas les frais de prospection (Qu'est-ce que c'est que ça?), de maîtrise d'œuvre (ce ne sont donc pas les VNF les maîtres d'œuvre?) et le meilleur du trop bon, et vous pouvez relire si vous ne me croyez pas:

La conduite des arbres pendant 15 à 20 ans en vue de la formation de voûtes.

C'est ce qui est clairement indiqué dans le rapport

 

Quatrième paragraphe: "Les modalités de financement des plantations du canal des deux mers".

Là encore, un grand défi lorsque Monsieur le Sénateur reprend les valeurs économiques du Canal des Deux Mers.

D'ailleurs, j'aurais une petite question à l'attention du rapporteur: "Pourquoi parler du Canal des Deux Mers  qui se comporte comme une vallée dont le potentiel est sur l'eau? Sa mission n'était-elle pas de faire un rapport sur les problèmes paysagers du Canal du Midi???

N'y aurait-il pas du hors sujet dans ce rapport comparé  à la demande initiale?

 

Pour les différentes sources de financement, cela tourne au risible, mélanger des compensations carbone avec du mécénat, des sur-péages (à l'attention de qui?), de taxes de séjour et de valorisation de foncier, ce qui est clair, c'est que Monsieur le Sénateur n'a malheureusement aucune solution à proposer et qu'il a tenté de faire une liste à la Prévert, ce qui semble marcher puisque personne n'a encore osé en parler.

Et le meilleur pour finir: La valorisation de la marque. Reprise, comme je vais le prouver dans le paragraphe suivant d'une idée lancée lors d'une conférence de presse à laquelle Monsieur Alain Chatillon était très loin d'être présent. Seul gros bémol pour Monsieur le Sénateur, il ne di pas en quoi  consiste le projet ni ce qu'est la marque, normal puisqu'il ne fait que reprendre une idée qui n'est pas de lui!

 

Maintenant et toujours concernant les modalités de financement des plantations, pourquoi ne parle-t-on absolument pas:

- du lobby "irrigation" et "agricole", le canal étant un très gros pourvoyeur en eau agricole.

- des taxes agricoles lesquelles sont dérisoires

- des taxes payées par les loueurs de bateaux (en majorité d'origine anglaise)

- d’étude économique sérieuse sur l’impact économique des différents types de navigation sur le Canal

Temps d'élaboration: compte tenu des gros manques et des redits par rapport à ce que disaient les VNF, c'est un copier/coller nécessitant une demie-journée (surtout des temps de frappe).

 

Cinquième paragraphe: "Propositions de trois scénarios d'organisation".

Je remercie personnellement Monsieur le Sénateur pour le plagiat intégral concernant les propositions, ou plutôt "la proposition" car les trois dites propositions et une seule, ce serait strictement la même chose mais il fallait absolument faire crédible et rajouter quelque chose de personnel.

Entre autres, Ci-joint des articles suite à une conférence de presse du 29 Septembre 2011, conférence de presse dans laquelle l'idée d'une entreprise publique indépendante des VNF est lancée. Cette idée m'a valu alors, d'être traité d'iconoclaste par un journaliste. Mais par contre maintenant, Monsieur Alain Chatillon reprenant cette idée ne semble pas iconoclaste!!

 

canal002.jpg

canal001.jpg

 

En aparté, à noter que les intervenants des conférences de presse et d'une réunion du 24 Novembre 2011 à Trèbes avec les représentants du Ministère de l'Écologie et de la Préfecture de l'Aude, se sont  totalement désolidarisés  de l'association nommée dans les articles, laquelle ne peut se prévaloir du travail fait jusqu'à ce jour.

 

Scénario 1:  Il est impensable que VNF continue à être maître d'ouvrage, ayant depuis sa création, démontré une incapacité financière et technique. Il faut le répéter une fois de plus pour que certains comprennent, le Canal du Midi n'est pas un canal comme les autres, c'est un monument, qui plus est, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Scénario 2: Créer une structure limitée dans le temps avec réintégration aux VNF après 15 ans, une pure fiction qui n'aurait pour but que de décharger momentanément l'État au détriment des Régions et collectivités locales et de favoriser certaines magouilles pour le partage de l'eau.

Scénario 3: C'est la solution expliquée aux journalistes le 29 Septembre 2011, avec toutefois de gros oublis. Tant qu'à faire, pourquoi ne pas inclure les utilisateurs du canal, les bateliers, formateurs, loueurs ainsi que les financeurs et surtout...l'UNESCO, le Canal du Midi n'est-il pas classé!?? D'autre part pourquoi limiter la structure au Canal du Midi ou des Deux Mers, n'y a-t-il pas mieux à faire. Ne jamais aller jusqu'au bout de la réflexion, c'est ce qui coûte très cher en France, en Europe ou dans le monde. Toujours le nez dans le guidon, jamais sur l'horizon.

  

LES GROS OUBLIS de Monsieur Alain Chatillon:

Il est inimaginable de constater les gros oublis de ce rapport. Bien que la mission de Monsieur le Sénateur-Maire de Revel consistait à faire des propositions paysagères pour le Canal du Midi, on peut retrouver des propositions concernant le canal des Deux Mers et l'Aquitaine qui ne se trouve pas sur le Canal du Midi aux dernières nouvelles. Alors pourquoi ces inclusions alors qu'il existe des oublis monumentaux concernant la Canal du Midi:

- Restauration des berges, tunage en quoi consiste-t-elle?

- Restauration des ouvrages d'art, des maisons d'éclusiers, etc...?

- Comment se fera l'entretien à l'avenir et comment sera-t-il financé?

- Comment se fera le désenvasement des cuvettes, ou seront stockées les boues et vases?

- Qu'en est-il de la qualité de l'eau du canal des Deux Mers et surtout du Canal du Midi entre Castelnaudary et Agde?

- Y aura-t-il un retour au fret commercial sur les canaux du Sud de France? Retour au fret indispensable à l'entretien du monument!

- Quand la zone tampon du Canal du Midi sers-t-elle enfin déterminée avec précision?

- Quand fera-t-on respecter la réglementation sur les canaux?

- Quels sont les projets prévus? C'est bien de dire le mot projet mais encore faut-il qu'il y en ai!!!

- Pour les replantations, quel calendrier, même cela n'est pas indiqué, c'est le flou le plus complet par manque d'informations

- Quels sont les résultats des deux premières années de recherches de mécènes car VNF en cherchent depuis déjà deux ans et payent des sociétés sans aucun résultat?!!  

 

 

CONCLUSIONS:

Un rapport qui ne fait que reprendre une à une toutes les idées déjà vues et annoncées sur tous les médias. Un rapport fait uniquement pour conforter les différentes hypothèses du 24 Novembre 2011 par l'ex-Ministre, celle qui plante des arbres sans avoir son BTS de paysagiste. Un rapport qui ne prend jamais en compte les problèmes primordiaux quant à la vie durable de notre Canal des Deux Mers et qui met en danger notre Canal du Midi.

200 millions d'euros, c'est ce que représenteraient les replantations des platanes, mais que représentent les autres réfections? La Canal du Midi ne se borne pas à replanter des platanor à des prix prohibitifs, il faut le restaurer, ôter les vases, entretenir, vérifier la solidité des berges, permettre le retour à la navigation de fret. Et il ne s'agit que des 240 kilomètres du Canal du Midi, restent les 190 kilomètres du Canal latéral à la Garonne. Vous semblez jongler avec les appellations "Canal du Midi" et "Canal des Deux Mers" au gré des paragraphes.

Un minimum aurait été de compulser un rapport du 14 Mars 2011 intitulé "Connaître les paysages et en reconnaître la valeur" du Conseil Général de l'Environnement et du Développement durable, il y a beaucoup à y apprendre et surtout une grande partie du rapport était déjà effectué un an auparavant. Il existe également un autre rapport intéressant appelé rapport Saint-Pulgent de 2009 dont le contenu est beaucoup plus intéressant que le rapport insipide Chatillon.   

 

RAPPORT Å CLASSER VERTICALEMENT COMME L'AUTRE RAPPORT DE MONSIEUR ALAIN CHATILLON SUR L'EMPLOI. IL N'Y A RIEN DEDANS DE BIEN NOUVEAU

 

Guy SENTENAC en remerciant les bateliers du Canal des Deux LMers

 

 

11/04/2012

Canal du Midi: platanes et Platanor, pourrait-on nous expliquer l'embrouille!

Saint du jour :                 Saint Fulbert

Contrepèteries :             Attention le pont va casser

                                           Basculer sur le terrain de l'enquête

                                           A veaux sensibles, pis délicats

                                           C'est un fâcheux problème de math                                                    

Dicton Français :             Fais-toi mouton, le loup te mangera.    

Dicton Juif :                      S'il te faut compter avec un homme, tâche que ce soit un honnête homme

Dicton Africain :              L'héritier du léopard hérite aussi de ses tâches

Proverbe Chinois :          Gagner un procès, c'est acquérir une poule en perdant une vache

Dicton du jour :

Le monde n'est pas gouverné par des imbéciles, mais il n'y a que les imbéciles qui se flattent de pouvoir gouverner.

Alfred Capus

 

 

Canal du Midi: platanes et Platanor, pourrait-on nous expliquer l'embrouille!!

 

Comme promis dans un précédent billet, nous vous montrons les objets du délit. A savoir des platanes qui se trouvent le long du Canal du Midi, proches de Trèbes en un lieu proche du hameau de Saint-Joulia. Ce sont des habitants de ce hameau qui ont témoigné de ce cas qu'il faudrait maintenant nous expliquer.

 

11.JPG

 

Voici les objets du délit!

 

Alors si nous en revenons aux faits en respectant la chronologie telle qu'annoncée sur les différents sites Internet. N'étant aucunement scientifique, je ne fait que relater ce qu'il m'est donné de lire.

En Août 1944 pendant le seconde guerre mondiale, un champignon se serait introduit sur notre territoire sans autorisation. J'ai même pu lire sur un blog, certainement une personne présente ou bien informée, c'était le 15 Août 1944, cette personne n'a pas été jusqu'à préciser le numéro inscrit sur la caisse de munitions infectée.

A partir de 1978, l'alarme est donnée en Provence et l'INRA commence ses analyses. La maladie va se répandre en Suisse et en Italie.

Silence radio jusqu'à 1989 date à laquelle Mr Vigouroux fait un point sur ses recherches.

En 1990 aurait débuté une collaboration entre un chercheur Américain, Mr Mc Cracken. Si je dis aurait, c'est que différentes versions ont fleuri sur les blogs internet. Les uns disent qu'un chercheur aurait donné à Mr Vigouroux une poignée de plants. Cela fait partie des fausses informations dispensées par des personnes avides d'en rajouter.

13.JPGPuis à nouveau, silence radio. Apparemment des recherches subventionnées pas le Conseil Général du Vaucluse et de l'État auraient été menées à partir de 1990.

Le 10 Avril 2001, mise en redressement judiciaire de la pépinière Rouy-Imbert.

Début 2003 obtention du brevet Platanor Vallis Clausa (référence La Marseillaise).

Le 18 Mars 2003, plan de redressement de la société Rouy_Imbert.

Officiellement, 2006 début de l'épidémie du chancre coloré sur le Canal du Midi. Officiellement car le Ministère de l'Écologie en parlait déjà en 2005, alors qui croire.

2011 explosion de l'épidémie, explosion des articles de presse, des billets sur les blogs et surtout des déclarations politiques.

Le 24 Novembre 2011, Madame la Ministre Kosciusko-Morizet officialise en plantant un arbre, l'achat massif de Platanor à la Société Rouy-Imbert.

Il aura donc fallu officiellement 27 ans pour obtenir un clone résistant et l'obtention d'un brevet juste avant que ne se déclare l'épidémie sur le Canal du Midi (officiellement bien sûr) . N'étant pas chercheur, je ne peux mettre en doute mais mon étonnement est de deux sortes: premièrement pourquoi avoir seulement cherché un clone et non pas un traitement pour enrayer l'épidémie, deuxièmement que vient faire une société en redressement judiciaire au moment du dépôt du brevet? Jusqu'à présent, je n'ai pu trouver les réponses à ces deux questions. Toujours est-il qu'il semble qu'on sache préparer sa retraite dans certains établissements publics.     

12.JPGMaintenant que vous avez pu lire cette chronologie dans l'épidémie du chancre coloré dont tout le monde parle depuis début 2011, nous allons donc passer à nos arbres miraculeux du bord du Canal du Midi. Les habitants qui se sont exprimés, habitent les lieux depuis plus de 60 ans pour l'un et plus de 40 ans pour l'autre. Ils se sont exprimés librement et ce sont eux qui ont spontanément raconté ce qui suit.

La date n'est pas certaine, c'était entre 1988 et 1990, des platanes étaient malades 2 ou 3 semble-t-il. Les traces sur les troncs étaient les mêmes que sur les platanes atteints par le chancre coloré actuellement. Un jour les platanes malades ont été abattus ainsi que les platanes voisins, en tout une dizaine ou une douzaine de platanes. A partir de cet abattage effectué sans aucune mesure anti prophylactique particulière, aucune plantation n'a été effectuée et aucun soin particulier apporté à la zone en question. Et pourtant, nous vous offrons les images de platanes d'une vingtaine d'années, bien portants même s'ils ont poussé de manière anarchique, deux, trois et plus de rejets étant repartis des souches laissées sur place. Chose encore plus curieuse, 3 autres platanes ont été abattus 100 mètres plus loin, non pas à cause d'une maladie mais à cause d'un écobuage sauvage, rien n'est reparti de ces souches qui pourrissent sur place.

15.JPGAlors, que faut-il croire, qui faut-il croire? A-t-on fait le nécessaire pour enrayer l'épidémie? Qu'est venu faire la société citée plus haut? Pourquoi le fruit de recherches subventionnées ne profitent-elles pas à ceux qui subventionnent?

Tant que j'y étais, j'ai pu admirer la rare efficacité de ceux qui entretiennent les berges du Canal du Midi. Les platanes miraculeux sont au milieu d'une véritable forêt vierge de broussailles en tout genre. Jamais personne ne vient entretenir les berges et toute cette partie du canal pourtant sur la zone dont les Voies Navigables de France sont gestionnaires. Mais de cette gestion et de cet entretien, nous allons en parler dans un autre billet.

 

Pourrait-on nous dire pourquoi l'épidémie a été connue seulement en 2006, alors que le Ministère de tutelle en parlait en 2055 et qu'on abattait des arbres entre 1988 et 1990? Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans les déclarations et dans la gestion de cette épidémie.

 

Guy SENTENAC le 10 Avril 2012

04/04/2012

Canal du Midi, des témoignages accablant pour les VNF et Mr Vigouroux.

Contrepèteries    Henri a été maculé de boue

                                   Le ministre ne veut pas qu'on l'envoie dans la culture

                                   Ce chauffeur Israélien a un bus mal préparé

                                   Un flot étrange afflue de votre coeur                                 

Dicton Français    Le visage est le miroir du coeur

Dicton Juif             Il vaut mieux travailler à l'étranger que mourir chez soi

Dicton Africain     Quand un arbre tombe, on l'entend. Quand la forêt pousse, pas un bruit.

Proverbe Chinois  Qui croit en ses rêves manque sa vie.

Dicton du jour :

En politique, une absurdité n'est pas un obstacle.

Napoléon Bonaparte

 

 

Canal du Midi, un témoignage accablant pour les VNF et Mr Vigouroux.

 

01.jpg

Hier, nous étions parti pour regarder le Canal du Midi vers Trèbes et profiter également du paysage de la Montagne d'Alaric, laquelle ne bénéficie pas encore de ces mats appelés éoliennes, chose étonnante.

Au hasard de la route, au lieu-dit Millepetit, nous rencontrons des habitants des lieux et commençons à discuter de la pluie et plutôt du beau temps lorsque l'un d'eux nous dit, je vous reconnais, vous vous intéressez au canal, je vous ai vu dans le journal. Et d'ajouter, nous aussi, nous en avons des choses à dire sur la gestion des VNF et sur les platanes. Nous vous rapportons donc ci-après le témoignage de ces personnes qui vivent à côté du Canal du Midi depuis de très nombreuses années et qui remettent en cause tout ce que peuvent annoncer Monsieur Vigouroux grand créateur du Platanor ainsi que les Voies Navigables de France, lesquelles, et nous le maintenons, n'ont jamais rien fait pour étudier, ralentir et arrêter l'épidémie du chancre coloré.

TÉMOIGNAGE:

02.jpg

Il y a environ 25 ans, à côté du lieu-dit précédemment cité à environ 2 kilomètres de Trèbes, 8 platanes atteints de la maladie du chancre coloré ont été abattus par les soins des services de l'époque puisque VNF ont a été créées en 1991. Ces platanes atteints de la maladie n'ont jamais été remplacés, pourtant à ce jour, 8 platanes existent à l'emplacement des souches toujours existantes. Alors est-ce par l'opération du Saint-Esprit, est-ce sur intervention du druide Panoramix que les platanes sont présents? Non, ils sont repartis de la souche.

03.jpgCe témoignage prouve plusieurs choses. Les autorités responsables de l'entretien des voies d'eau et du Canal en particulier sont au courant de l'épidémie depuis de très, très nombreuses années et non pas depuis 2006 comme on nous le dit pour plus de commodité et pour cacher les incompétences en tout genre. Les abattages ne datent pas d'aujourd'hui et déjà il y a 25 ans, c'était la seule solution trouvée. Aucune recherche, aucun diagnostic ni aucun suivi aux actions entreprises, n'ont été effectuées, ou alors comment expliquer ce phénomène?!!! Si recherche il y a eu, qu'on en donne la preuve, ces recherches ont donné lieu à des écrits qu'il doit être facile d'exhumer des archives. Il semblerait que les platanes renaissent résistant de leurs souches mais dans quelles mesures les chercheurs l'ont-ils constaté puisque les recherches n'ont porté que sur des clonages?!! Une petite curiosité toutefois, Monsieur Vigouroux (Monsieur Platanor), sur internet, admet avoir commencé ses "recherches" dans les années 80, ce qui conforte l'hypothèse d'une connaissance de la maladie depuis très longtemps.

Il a pu être constaté par de nombreuses personnes sur la commune de Trèbes qu'après l'abattage des platanes, des rejets se formaient sur les souches avant qu'elles ne soient enlevées.

Nous n'avions pas d'appareil photo pour prendre le phénomène, mais nous y retournerons très bientôt afin de présenter la preuve de l'incurie dont est victime le Canal du Midi.

Alors! Qui croire? Voies Navigables de France qui multiplient les contradictions? Celui à qui profite le crime? Les témoins habitants sur place? En attendant il n'y a toujours rien de nouveau sur le Canal, à part sa destruction lente et inexorable.