Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/05/2012

Croissance? Oui, mais quelles sont les solutions envisagées?

Saint du jour :                 Saint Didier                       

Contrepèteries :             Cette presse est spécialiste du foot

                                           Si j'étais papier, j'aimerais les poncifs

                                           Quel dommage de laver pareille robe à l'usine

                                           Que de peine me fait votre malice                                                        

Dicton Français :             C'est trop d'aimer quand on en meurt

Dicton Juif :                      Le travail le plus pénible, c'est l'absence de travail

Dicton Africain :              C'est celui qui a pété, qui a le cul chaud

Proverbe Chinois :          Le sage ne dit pas ce qu'il fait, mais il ne fait rien qui ne puisse être dit

Dicton du jour :

Il ne sert à rien à l’homme de gagner la Lune s’il vient à perdre la Terre

François Mauriac

 

 

Croissance, oui mais quelles sont les solutions envisagées?

 

999.jpgCroissance, vous avez dit croissance, nous n'entendons plus que ce mot: Croissance! Auparavant personne ne voulait prononcer ce mot, c'était apparemment l'omerta, même Barack Obama n'osait l'employer. A croire que la seule volonté d'un couple franco-allemand interdisais au monde de parler de cette sacro-sainte "CROISSANCE".

Certes, tout le monde rêve de croissance, de recul du chômage, de pouvoir d'achat retrouvé, mais quelle croissance pouvons-nous espérer? Une croissance durable ou une croissance illusoire comme celle (on oublie vite) qu'on nous promettait juste après la crise des subprimes en 2008.

Depuis de nombreuses années, il a été tenté de relancer la croissance par les dépenses publiques, achats aidés, emplois aidés, aides aux entreprises, mais qu'est-ce que cela a rapporté? Tout a échoué et même a augmenté de manière exponentielle l'endettement public. Maintenant, tout le monde s'attend à voir revenir le temps des subventions mais l'État ne peut plus se le permettre et il serait illusoire de revenir à un système qui a montré ses dangers. La seule et durable solution réside dans des réformes en profondeur, réformes structurelles et réduction des dépenses publiques.

Relancer la croissance sera un véritable numéro d'équilibriste aussi bien pour la France que pour l'Europe qui devra elle aussi réformer et limiter les dépenses alors qu'elle n'en prend pas le chemin. Le retour à la croissance passe par la création d'entreprises et d'emplois et non pas en délocalisations qui se sont accélérées. Elle passe également par une généralisation des accords professionnels jusqu'alors adaptés branche par branche au gré des syndicats, il n'est qu'à voir l'application des 35 heures et les inégalités des retraites.

998.jpg

Il est curieux de constater que les périodes de chute du PIB correspondent

au septennat de Giscard puis

au quinquennat de Sarkozy.

 

Baisser les dépenses publiques, accroître l'efficacité des administrations publiques en maîtrisant leurs dépenses sans pour autant accroître le chômage, il faudra savoir prendre les bonnes mesures.

Diminuer les dépenses courantes de l'État sans diminuer les dépenses d'investissement, ceci signifie qu'il faudra maîtriser les salaires des fonctionnaires, les dépenses de santé, les dépenses locales, aligner le public sur le privé et non l'inverse.

Mais si on a parlé croissance pendant la période électorale, il n'a jamais été expliqué la manière d'y arriver et il se pose une question primordiale: "Est-ce que les Français ont compris les enjeux et la route à suivre?". RIEN N'EST MOINS SUR!!

  

12/05/2012

Tourisme, Languedoc-Roussillon, l'Aude désavantagée malgré son patrimoine!

Saint du jour :                 Saint Achille

Contrepèteries :             Le maire s'exerce sous la flotte

                                           Le jus de sapin apaise mon angine

                                           Le gros bob sort de la zone

                                           Le professeur vante la constitution                       

Dicton Français :             La peur et l'ennui en tuent plus que la maladie

Dicton Juif :                      La récompense de l'étude, c'est de comprendre

Dicton Africain :              Un homme sans culture ressemble à un zèbre sans rayures

Proverbe Chinois :          Celui qui aime apprendre est bien près de savoir

Dicton du jour : 

 

Les trois phases d'une politique :

promettre,

ne pas tenir, xpliquer qu'il y a mieux à faire

Robert Sabatier

 

Tourisme , Languedoc-Roussillon, l'Aude désavantagée malgré son patrimoine.

 

Il est curieux de voir les disparités faites au sein d'une même région administrative. La Région Languedoc-Roussillon est la région administrative la plus dépendante du tourisme, 15% de son PIB au lieu de 5,1% de moyennes nationale (source: INSEE). A titre de comparaison, la région Aquitaine également très touristique réalise 7% de son PIB dans le tourisme et la région PACA 11,4%.

Le chiffre réalisé dans le tourisme est surtout du aux 230 kilomètres de façades maritimes sur la Méditerranée comme le montre cette carte.

 

Tourisme carte 1.gif

 

Mais comment expliquer les grandes disparités existantes entre départements constituant cette région? Comme on peut le constater sur cette autre carte, les chiffres concernant la fréquentation sur chaque département montrent une grosse différence entre deux départements largement nantis, l'Hérault et surtout les Pyrénées-Orientales pour trois autres départements plus délaissés. La Lozère ayant une meilleure fréquentation par rapport à son nombre d'habitants. On peut toujours dire que le Gard a une faible façade maritime mais alors que dire de l'Aude?.

 

Tourisme carte 2.gif

 

Les façades maritimes: pour l'Hérault 103 kilomètres, les Pyrénées-Orientales 56 kilomètres, l'Aude 52 Kilomètres et le Gard  15 kilomètres. La fréquentation qui se compte en nombre de nuitées est très largement déficitaires pour l'Aude alors qu'il peut s'enorgueillir de la présence de deux monuments classés au patrimoine mondial de l'UNESCO, lesquels s'ils sont bien exploités amènent toujours un surplus de touristes. Alors, ce département traversé par le Canal du Midi, ayant Carcassonne et sa Cité comme Chef-lieu, comptant les citadelles dites Cathares, de nombreux monuments religieux ainsi qu'un arrière-pays ouvert au tourisme rural, ne serait-il pas délaissé par les politiques régionaux locaux.

999.jpgL'Aude et l'Hérault ne pourraient-ils pas être l'ancrage d'un tourisme du sud de la France dont le Canal des Deux Mers serait la colonne vertébrale? Pourquoi Gruissan et Port-la-Nouvelle ne seraient-ils pas le lieu d'un port de tourisme permettant l'afflux de touristes de croisières vers nos monuments et nos sites touristiques? Se tourner vers des ports de tourisme et de plaisance plutôt que Sète comme port de fret alors qu'il se trouve entre Marseille et Barcelonne, eux-mêmes soumis à des résultats plutôt médiocres!

La question est posée et le tourisme Audois et Languedocien pourrait gagner des parts de PIB que la viticulture est obligée d'abandonner .