Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/08/2012

Merci pour votre fidélité, changement d'adresse.

Après quelques ennuis de santé, pendant lesquels je n'ai pas pu vous faire part de mes pensées et de mes idées, me voici de retour.

Malheureusement j'abandonne le présent blog qui m'était personnel pour rejoindre le blog d'une nouvelle association: DEPART Sud de France, pour laquelle je partage entièrement le but contrairement à d'autres associations fantaisistes.

Vous pourrez donc me retrouver à l'adresse suivante:

http://depart-sud.blogs.midilibre.com/

Vous retrouverez la saga Canal du Midi, l'aventure éolienne et l'espoir que constitue le tourisme pour les régions Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

J'espère vous retrouver pour partager mes envies, mes amours et nos emmerdes, mais si possible avec le sourire..

23/06/2012

Alain Chatillon, Canal du Midi, rien de nouveau dans ce rapport misère de 4 pages. Et copieur en plus!

Saint du jour :                 Sainte Audrey

Contrepèteries  :            Un vieux contrôleur n'a pas de vassal

                                           Tranquillement, le chiffonnier empilait son vieux fer

                                           Soyez rude si vous voulez que çà cesse

                                           Soldats, brûlez vite ces camps                 

Dicton Français :             En amour, en procés, en vaillance, un rien fait pencher la balance         

Dicton Juif .:.                     Mieux vaut le célibat qu'un mariage malheureux

Dicton Africain               Celui qui demande qu'on lui répète, n'est pas forcement sourd

Proverbe Chinois :         Le luxe augmente les besoins, la modération le plaisir

Dicton français du jour :

 

Le désir de maintenir "le cours naturel des choses" jusqu'à ce qu'il soit trop tard est la plus grande menace que l'humanité fasse peser sur elle-même

André Lebeau

 

 

Alain Chatillon, Canal du Midi, rien de nouveau dans ce rapport misère de 4 pages! Copieur en plus!

 

Ça y est c'est reparti pour un tour avec l'arrivée du rapport Alain Chatillon Nouveau et ses nombreuses propositions qu'on connaissait déjà (en fait 4 pages de copier/coller). Tout le monde va encore parler du Canal du Midi pendant une semaine, puis ce sera à nouveau le silence.

 

Au fait, en aparté, contrairement à ce qu'avance une association qui ne met jamais les pieds sur le Canal avant que d'écrire sur le sujet, Monsieur Alain Chatillon est Sénateur Maire de Revel et non de Rodez.  Il faut déjà savoir lire avant que de faire des blogs en particulier faudrait-il avoir lu le rapport Chatillon avant d'en parler, mais c'est vrai ceux qui connaissaient le sujet "Patrimoine" dans cette association sont partis sous d'autres cieux, alors on reprend les écrits existants et on brode.

 

999.jpgAlors maintenant, que penser de ce rapport dont, première curiosité, les journalistes ne rapportent pas la même chose en fonction des sensibilités. Alors, erreur de transcription (j'en doute, les journalistes sont des professionnels), erreur dans les données ou les informations de Monsieur le Sénateur? Pourquoi pas! Toujours est-il, par exemple, que certains journaux annoncent 42.000 platanes à abattre sur le Canal du Midi entre Toulouse et Agde, d'autres 42.000 sur le Canal des Deux Mers entre Bordeaux et Sète. Sans vouloir jouer les puristes ou rabat-joie, ne pas savoir la différence entre Canal du Midi et Canal des Deux Mers est un peu ennuyeux surtout pour un rapporteur, quant à la distance c'est du simple au double, 240 kilomètres au lieu de 442 kilomètres. Voies Navigables de France ont toujours annoncé 42.000 platanes uniquement sur le Canal du Midi. Le rapport Chatillon parle de 43.000 et non 42 et la phrase, il est vrai mélange Canal des Deux Mers et Canal du Midi. Et ceci n'est qu'un exemple, les différences étant très nombreuses sur les 11 médias que j'ai pu lire ou visualiser. Parfois j'ai tendance à croire que certains médias n'ont pas lu le rapport et restent sur d'anciens articles de 2010 ou 2011!

 

Maintenant concernant le rapport par lui-même, il semble que Monsieur Alain Chatillon aurait pu avoir l'amabilité de me remercier après avoir repris en entier des pans d'un rapport que j'avais envoyé par mail à différents politiques ainsi qu'à VNF et remis à Madame Kosciusko-Morizet alors Ministre. Ce rapport remis au nom d'une association dont je ne fais plus partie, faisait suite à une conférence de presse du 19 Septembre 2011 et relayée par de nombreux médias, dans laquelle un batelier professionnel, une élue, un spécialiste en qualité de l'eau et deux amoureux du canal dont moi-même avaient tenté de mettre en avant les problèmes d'entretien du canal. ainsi que les problèmes d'avenir du monument. Chose amusante, suite à l'envoi de ce rapport, le Président des Communes des Deux Mers m'avait appelé pour me dire qu'une Entreprise Publique multi régionale pour le canal des deux mers existait déjà, alors pourquoi Monsieur Alain Chatillon ne la connaît-elle pas lui-même? Peut-être Monsieur Delachoux avait-il confondu Entreprise Publique et Charte du canal des deux mers!

 

998.jpgSinon, que dire d'un rapport sans aucune originalité ni aucune proposition vraiment originale si l'on tient compte des copier/coller. Peut-être faut-il noter que si l'ardoise de 200 millions d'euros (uniquement pour le paysager) reste la même, la répartition diffère par rapport à 2010 (époque ou les coûts n'étaient que de 100 millions). En 2010, la répartition était de 35% pour l'abattage, 15% pour la plantation et 50% pour les berges, maintenant presque 40% pour l'abattage, 23% pour la replantation (c'est Monsieur Vigouroux qui va être content de la rallonge) et seulement 37% pour la défense des berges alors que les VNF n'ont toujours aucune solution de tunage.

Concernant la Patrimoine Mondial de l'UNESCO, il est délirant de lire "la future zone tampon" laquelle, après 15 ans, n'a toujours pas été clairement définie. Alors ou, Monsieur le Rapporteur, a-t-il été chercher une définition de zone tampon alors qu'actuellement c'est un laisser-aller permanent.

 

Comme déjà dit de nombreuses fois, "POURQUOI SEULEMENT UN RAPPORT PAYSAGER?". Rien n'est dit sur l'état général du canal, sur son envasement et les millions de mètres-cube de vase à enlever, l'état des berges, l'entretien des ouvrages d'art, les travaux mal faits. Il semble que Monsieur Alain Chatillon ai fait un rapport en lisant ce qui se fait sur internet et non pas en allant voir ce qu'il se passe sur place, le long des berges. Quant à l'utilisation des canaux, c'est toujours au point mort et les canaux ne verront passer des bateaux que pendant 5 mois permettant un envasement progressif. A quand le retour au fret?

 

LA VÉRITABLE SOLUTION POUR LES CANAUX DONT LE CANAL DU MIDI: Pour que le Canal des Deux Mers et donc le Canal du Midi puisse vivre, il faut lui construire un avenir et donc lui trouver non pas une activité touristique mais DES activités permanentes. Il faut d'autre part chercher une rentabilisation et non pas des fonds à droite et à gauche.

  

Il faut avant tout définir un projet novateur, une nouvelle utilisation et trouver une rentabilisation par de nouvelles activités et non pas de l'argent gratuit par mécénat et dons. De nouvelles activités et une rentabilisation permettraient aux Régions administratives d'Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées d'investir dans les canaux et voies d'eau et non plus de les subventionner, ce qui fait une remarquable différence.

 

 6 mois pour pondre 4 pages de copier/coller? Quel en a été le coût pour accoucher d'un rapport misère sans originalité ni pistes!

  

09/06/2012

Une voie verte dans l'Aude? Une bonne idée pour le canal, mais il faudrait revoir les chiffres et voir avec les VNF!

On peut lire depuis quelques temps, une très bonne nouvelle pour le Canal du Midi, l'étude d'une voie verte sur les chemins de halage de l'Aude. Sans vouloir être rabat-joie, il semble qu'il faut tempérer cette annonce car les chiffres annoncés ne semblent franchement pas crédibles et pour de mulitples raisons.

Certainement les cyclistes de tous poils, les promeneurs, les joggeurs et autres randonneurs et cavaliers, souhaitent tous voir des chemins praticables le long du Canal du Midi.  Mais comme il est dit dans l'article de Midi Libre, il ne s'agit pas d'une simple piste cyclable, et il ne faut pas, non plus, oublier des paramètres dans les calculs de rentabilité.  

001.JPGPar exemple, il faut aller voir les problèmes le long du canal de Garonne, lequel est longé par une Voie Verte mise en place par les Conseils Régionaux d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées et non pas par les Conseils Généraux?. Il faut donc applaudir des deux mains l'initiative du Conseil Général de l'Aude. Quels problèmes sont rencontrés et qui seraient cachés? Tout d'abord concernant l'utilisation, les canaux sont, en général, pourvus de chemins de halage des deux côtés. Hors, sauf erreur de ma part, le canal du Midi est dépourvu de chemins de halage sur de multiples tronçons, alors "Quid des tronçons non pourvus?". D'autre part on assiste à une compétition le long des canaux, il m'est arrivé très fréquemment d'avoir des problèmes avec des 'coureurs du Dimanche" lesquels prennent les berges 002.JPGpour des pistes de compétitions alors qu'il devrait y avoir un partage entre les différents usagers. Alors, comment seront prévus les aménagements? Mixtes ou une rive = un usage? Enfin, si l'initiative est louable, n'a-t-on pas omis l'impact des VNF sur le Canal? Jusqu'à preuve du contraire les cuvettes et berges restent sous l'entretien de cette Entreprise Publique sans financements suffisants. Hors comme le prouvent ces photos du canal latéral de Garonne, les berges s'effondrent et les Voies Verts payées par les Collectivités locales s'effondrent à leur tour de par la faute des VNF. Alors, ne serait-il pas nécessaire; avant que de faire une voie asphaltée, de vérifier ce que compte faire les VNF? La question est posée, reste à attendre la réponse des VNF.

Une autre question concerne le calcul de rentabilité qui paraît outrancièrement optimiste. Apparemment, il n'est pas tenu compte des autres postes de dépenses nécessaires au Canal du Midi, pour effectuer la rentabilité du projet. Les dépenses effectuées par le Conseil Régional, par les VNF, par l'État, par les communes, ne semblent pas intégrées ce qui faussent totalement la rentabilité, on ne compte que les dépenses du Conseil Général de l'Aude et ce n'est plus trop difficile de trouver des chiffres démentiels. Le Canal du Midi dans l'Aude ce sont, si mes chiffres sont bons, 131 kilomètres dans l'Aude auxquels s'ajoutent 36 kilomètres du Canal de la Robine, soient 167 kilomètres linéaires. Il faut donc 100.000 euros du kilomètre donc un total de 16,7 millions d'euros pour la faisabilité. Pour les retombées, il est annoncé un chiffre global sans aucun détail de 180.000 euros le kilomètres donc en gros 30 millions d'euros. Peut-on savoir comment sont calculées ces retombées mirifiques de 80% par an permettant une rentabilisation en 3 ans? C'est l'ancien directeur de la Caisse des Dépôts qui pose cette question. A  ce tarif, les banques Européennes devraient acheter du kilomètre linéaire de canal en France plutôt que des actions dévaluées. A-t-on tenu compte également de la dévaluation qui s'ensuivra lorsque les platanes du canal du Midi seront abattus sans être remplacés?

A-t-on tenu compte de l'état général du Canal du Midi avant de faire et chiffrer le projet? Vraiment, le projet est digne d'intérêt mais il va droit dans le mur avec de tels chiffres.