Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/06/2012

Espagne, les dangers pour l'artisanant Français et l'arnaque des banques!

Saint du jour :                 Sainte Germaine

Contrepèteries :             Vous trouvez çà beau, Magritte

                                           Les vraies moules ont l'écaille noire

                                           Vous ne devriez pas tricher avec ce couple idiot

                                           Votre compère a l'air d'un saint

Dicton Français :             Un geste osé est un geste tenté, et nul ne pourra vous le reprocher

Dicton Juif :                     Qui ne voit pas dans chaque étoile le sourire d'un enfant, ne sait pas regarder le ciel

Dicton Africain :              Celui qui n'a pas traversé la rivière ne se moque pas de celui qui est dans le gué

Proverbe Chinois :          Les gens heureux n'ont pas besoin de se presser

Dicton du jour :

Une société n’est vraiment juste, sociale et civilisée que si elle respecte l’animal

Alfred Kessler

 

Espagne, les dangers pour l'artisanat Français et l'arnaque des banques.

 

Les élections ne sont pas encore terminées, qu'on recommence le feuilleton de l'euro, des banques et bientôt, ne nous leurrons pas, des états en faillite. Il est étrange comme tout ça est brusquement passé sous silence depuis le début de l'année et l'entrée en campagne.

C'est maintenant au tour de l'Espagne et, évidemment, les banques qui sont à l'origine de tout, se voient octroyer des milliards d'euros qui ne se justifient absolument pas. Qui nous a parlé de mesures d'encadrement des banques pour accompagner ces "DONS" généreusement acceptées? On a donné de l'argent à la Grèce sans jamais imposer certaines mesures telles demander des impôts à l'église orthodoxe qui ne paye rien tout en étant l'un des plus gros établissements financiers de Grèce. Touches pas à mon Église!

 

001.jpg

 

Mais maintenant, est-on certains que les banques Espagnoles sont si mal en point que cela? Certains bruits très persistants font savoir que l'une d'entre elles, au minimum, a envoyé d'importants capitaux en Amérique du Sud et va recommencer, à n'en pas douter, les mêmes pratiques au Brésil par exemple. Et comble de bonheur pour cette banque, tout en continuant ailleurs ses pratiques inflationnistes, usuraires et coupables, elle recevra de l'Union Européenne, c'est-à-dire des contribuables Européens, des milliards sans aucun justificatifs. Les comptes de cette banque seraient, dit-on, faussés. Les milliards d'euros octroyés aux banques vont-elles être utilisés pour acheter de nouveaux joueurs au Real Madrid ou à Barcelone, ou à donner du boulot aux Espagnols? Va-t-on imposer des règles strictes aux banques bénéficiaires, en contrôlant leurs avoirs par exemple?

 

Et maintenant que penser du danger pesant sur l'artisanat Français suite à cette Bérésina financière de l'Espagne. De cela, personne n'en parle alors qu'on commence à en voir certains effets. 25% de chômage en Espagne et un artisanat complètement en berne, alors, que faire pour les espagnols? C'est simple, profiter des largesses de l'Europe en passant les frontières et en venant se proposer sur le marché Français. On trouve ces artisans Espagnols sur le territoire Français, et comme ils emploient une main-d'œuvre très bon marché, ils sont moins-disant de 30 à 40%. Dans certaines régions comme le Languedoc-Roussillon, l'effet se fait déjà sentir et des artisans parlent de fermer la porte très bientot. C'est cela l'Europe, cette sacrée Union Européenne, la permission de faire tâche d'huile pour la paupérisation tout en continuant, pour les établissements financiers, leurs coupables manœuvres aux frais des différents États.  

 

Et pendant le même temps, quelques voix s'élèvent en France pour réclamer des dépenses totalement inutiles et sans les justifier ni chercher comment payer!

07/05/2012

Des fonds Européens alloués à des projets inefficaces!!

Saint du jour :                   Sainte Gisèle

Contrepèteries :               Les philanthropies de l'ouvrier charpentier

                                            Méfiez-vous de la pétulance du flatteur

                                            Une presse spécialisée dans le foot

                                            Les Maures raffolent des dattes

Dicton Français :              Un homme sans argent est un loup sans dents.

Dicton Juif                         L'ambition détruit son hôte.     

Dicton Africain :              Avoir de longues plumes ne veut pas dire voler haut

Proverbe Chinois :         Mieux vaut essuyer la larme du paysan que d'obtenir cent sourires d'un ministre.

Dicton du jour :                                                                                 

Quand vous posez une question à un homme politique, normalement après sa réponse vous ne vous souvenez plus de votre question !

Coluche

 

Des fonds Européens alloués à des projets inefficaces!

Alors qu'on parle d'austérité, alors qu'on demande à la Grèce de mettre en place plan sur plan, alors que de nombreux pays de l'Union Européenne sont obligés de mettre en place des mesures draconiennes, l'Europe continue à dilapider l'argent du contribuable.

La Cour des comptes européenne a enquêté sur vingt-sept projets d'infrastructures de transport dans les ports maritimes financés par des fonds européens. Seuls onze d'entre eux sont jugés efficaces.

Sur les vingt-sept projets de construction d'infrastructures de transport dans les ports maritimes contrôlés par la Cour des comptes européenne en 2010, seuls onze ont été jugés efficaces. Les subventions, à hauteur de 726 millions d'euros, versées entre 2000 et 2006, proviennent du fonds européen de développement régional (Feder) et du fonds de cohésion. La cour a voulu évaluer l’utilité de ces infrastructures et vérifier si elles étaient en service. Elle s’est également assurée qu’elles respectaient les objectifs de départ.
Pour ce faire, l’institution s’est concentrée sur l’Espagne, plus grand bénéficiaire de ces aides (52,1%), l’Italie, la Grèce, mais aussi sur la France, qui a perçu 8,7% du budget pour les investissements dans les ports maritimes. Comme par hasard, vous avez là les mauvais élèves actuels de l'Europe ou, tout du moins, ceux dont on parle le plus.

Le Havre dans la ligne de mire

996.jpgDans l’Hexagone, la Cour des comptes a épinglé un projet de modernisation des infrastructures ferroviaires au Havre. Les travaux visaient à améliorer l'organisation du transport terrestre des conteneurs depuis un nouveau port. Selon le rapport, des "retards de construction ayant entraîné des pertes de contrats" et la "mauvaise gestion des conteneurs dans les terminaux" ont rendu le projet "inefficace". De plus, le transport de conteneurs par voie routière, plus cher et plus polluant, s’est développé au détriment du trafic ferroviaire.
Pour Luc T’joen, chef de l’équipe audit de la Cour des comptes, il y a cependant peu de chances que la Commission demande le remboursement des fonds pour ce projet, même s’il "n'a pas eu l'impact escompté". Pourtant, l'exécutif européen peut effectuer des recouvrements en cas "d’utilisation abusive résultant de négligence ou de fraude".
Bien qu’il ait été cofinancé à hauteur de 8,4 millions d’euros, le projet nécessite d'être renfloué pour fonctionner, selon la cour. "Il faudra aussi que la SNCF, la Datar, la région de la Haute-Normandie et d’autres acteurs tombent d’accord pour établir une stratégie, explique Luc T’joen. Ils auront jusqu’à 2015 pour que ça marche et ont d'ailleurs déjà commencé à l’améliorer."

Des ports vides en Espagne et en Sicile (comme c'est curieux)

998.jpgDans les autres pays, des dysfonctionnements plus graves ont été observés. L’audit a par exemple révélé que sept projets cofinancés relèvent d’un autre domaine que le transport maritime. Bien qu’ils soient éligibles au Feder et au fonds de cohésion, ils ont servi entre autres à des fins de "rénovation urbaine" ou de "tourisme".
La Cour des comptes a également recensé trois ports vides en Sicile et en Espagne, qui n’exerçaient aucune activité au moment du contrôle. La Commission s’est justifiée en répondant qu’en janvier 2012, vingt-cinq des vingt-sept projets évalués étaient en service.

Optimiser l’utilisation des fonds

997.jpgPour la Cour des comptes, l’exécutif européen a une grande part de responsabilité dans l'échec de ces projets. La Commission devrait encourager les comités nationaux chargés du suivi à mettre en place des instruments pour mesurer l'impact et l'efficacité des initiatives.
L’institution financière souligne également l’importance de mettre en compétition les propositions au niveau national afin d’éviter les choix par défaut. Elle rappelle aussi que "la législation impose à la Commission de contrôler annuellement les principaux résultats de l’année précédente dans le cadre des comités de suivi". Par conséquent, son rôle n’est pas seulement d’écouler le budget dont elle dispose, mais aussi de s’assurer de "l'utilisation optimale des fonds".

Des obligations de résultat

La Commission s’est justifiée en brandissant entre autres ses propositions de réforme de la politique de cohésion pour la période 2014-2020. Ces dernières contiennent la possibilité d'effectuer des "corrections financières" à la fin des périodes de programmation. Ce qui peut correspondre à des recouvrements, si le projet réalisé ne correspond pas aux objectifs initiaux.
La Commission propose également de procéder, avec les Etats, à un examen de l'efficacité des futurs projets en 2017 et 2019.
Le budget 2007-2013 pour les investissements dans les ports maritimes (3,4 milliards d'euros) a pourtant été augmenté par rapport à celui de 2000-2006 (2,8 milliards), avant que les résultats de ces investissements ne soient connus.
Le rapport de la cour vient conforter la position d'Etats comme l’Allemagne ou la France, qui préconisent une utilisation plus efficace des fonds régionaux plutôt que leur augmentation.

Ceci n'est qu'un petit exemple de l'utilisation des fonds Européens. Si vous ajoutez les milliards dilapidés inutilement en France aux milliards de l'Europe, vous arrivez sans doute à des sommes pharamineuses. Et encore on ne nous dit pas tout!