Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/05/2012

Elire un Président: Combien cela coûte?

Quel est le coût de l’ élection présidentielle ?

 

00.gifQuelles sont les dépenses occasionnées par l’ élection présidentielle de 2012 ? Quel est le coût de l’ élection présidentielle de 2012 ?

Le coût de l’élection présidentielle 2012 est estimé à 228 millions d’euros.

Voici toutes les dépenses occasionnées par l’ élection présidentielle 2012

La mise sous pli du matériel électoral ( circulaires, bulletins de vote) représente la dépense la plus importante. Le coût salarial des vacataires recrutés pour l’ élection (personnels de préfecture ou de mairie, demandeurs d’emplois, étudiants…) est estimé à 38 millions d’euros. Avec la location de salles pour stocker le matériel et effectuer la mise sous pli ainsi que les fais de transmission des résultats, l’achat de fournitures diverses, le coût total atteint 51 millions d’euros, soit près d’un quart du coût de l’ élection présidentielle.

Les frais d’acheminement de la propagande électorale représentent un coût de 9 millions en 2012.

Les remboursements des dépenses électorales engagées par les candidats représentent un coût de 49 millions d’euros. En 1995, ce a atteint 28,9 millions d’euros, en 2002 53,4 millions, en 2007 44 millions.

Le remboursement à tous les candidats (indépendamment du résultat électoral) des frais d’impression de la « propagande officielle » à savoir les professions de foi, les bulletins de vote, les affiches autorisées (ainsi que les frais d’affichage) représentent une dépense de 47 millions d’euros en 2012.

Les dépenses engagées par les communes pour le scrutin ( heures supplémentaires du personnel affecté aux bureaux de votes, installation des bureaux de votes etc…) coûtent 16,2 millions d’euros en 2012. En 1995 il s’élevait à 11 millions, en 2002 à 12,3 millions et en 2007 à 14,4 millions.

00 1.jpgL’organisation du scrutin à l’étranger, dans les consulats français, coûte 4 millions d’euros en 2012.

La campagne radiotélévisée officielle représente un coût de 2,3 millions d’euros, inscrit au 2013.

9,4 millions d’euros sont alloués à une rubrique autres frais dont le détail n’est pas connu.

Evidemment, les menues dépenses pour inviter différentes personnes à des banquets ne sont pas prises en compte, comme ne sont pas prises en compte les dépenses que notre candidat-Président a pu faire avant son entrée en campagne et sur le compte du budget de l'État Français.

29/04/2012

Canal du Midi, Canal de Bourgogne: même combat et mêmes raisons. merci l'État et les VNF, merci NKM!!

Saint du jour :                   Saint Wilfrid

Contrepèteries :               Superman a une bouille incroyable

                                             Seize heures de bagnole

                                             Sagesse est source de foi

                                             Une escalope sur une petite salade                      

Dicton Français :              Qui outrepasse sa charge, tombe en désaveu.

Dicton Juif                          L'honneur de ton ami te doit être aussi cher que le tien             

Dicton Africain :              Marche en avant de toi-même, comme le chameau devant la caravane

Proverbe Chinois :          Qui ne sait par ou il est venu ne saura par ou s'en aller

Dicton du jour :

La loi est la même pour tous les misérables.

Carlo Dossi

 

Canal du Midi, Canal de Bourgogne: même combat et mêmes raisons. Merci l'État et les VNF, merci NKM!!

Comme déjà dit et comme répété, la situation du Canal du Midi n'est pas unique et de nombreux canaux Français subissent le même sort que notre monument classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Peut-être est-ce son classement qui lui vaut d'être plus souvent cité ou est-ce l'affluence de touristes. Toujours est-il que le Canal du Midi n'est pas un cas unique au sein des voies navigables françaises. Il n'est qu'à constater ce que des élus disent du canal de Bourgogne, autre canal faisant partie du patrimoine Français:

Le Président du Conseil Régional de Bourgogne le 29/04/2012:

 

51 bourgogne et champagne.jpg

 

Le Canal de Bourgogne, un chef d'œuvre en péril?

Maisons éclusières à l’abandon, entretien des berges insuffisant, infrastructures fatiguées… Le canal de Bourgogne prend l’eau et souffre. Explications.

Comme chaque année, et presque comme si de rien était, le 30 mars, le canal a repris du service. Les péniches, les bateaux ont fait leur réapparition et les éclusiers ont enfourché leur mobylette. Mais la donne a changé. La Région renonce à la gestion du canal de Bourgogne qu’elle avait pris à l’essai, en 2010, pour une durée de trois ans. L’expérience prendra donc fin le 31 décembre 2012. Ce changement d’orientation est une conséquence directe de la crise économique. « Le montant des travaux nécessaires pour l’entretien du réseau des canaux bourguignons, estimé à 220 millions d’€, atteint en fait 330 millions », a précisé le président du conseil régional, pour justifier la décision de la Région. François Patriat s’était néanmoins voulu rassurant : « Cela ne remet pas en question le soutien aux projets touristiques. »

Mais pour qui fréquente le chemin de halage, le changement est palpable. Autrefois pimpantes et fleuries, nombre de maisons éclusières sont aujourd’hui à l’abandon. Le trafic baissant, il n’a plus été nécessaire de garder un éclusier dans chaque écluse. « Celles qui sont fermées finissent par se délabrer et tombent en ruine », se désole Laurent Richoux, président de l’association Autour du canal et co- auteur du Livre Blanc des canaux de Bourgogne. Ce rapport, très complet, n’hésite pas à appuyer là où ça fait mal. « Les canaux ont du mal, en l’absence de flux touristiques suffisants, à trouver un fonctionnement pérenne. Dans l’organisation actuelle, ils sont sous-exploités et sont donc menacés. »

On s’interroge. Pourquoi ne pas ouvrir les maisons éclusières à la location ? Pourquoi ne pas réglementer la circulation des pelotons de cyclistes pour attirer davantage de promeneurs et de familles sur les chemins de halage ?

« L’expérimentation par la région a fait murir des initiatives. On a vu réapparaître des loueurs de bateaux, la nouvelle du désengagement a été comme un coup de massue », confie Laurent Richoux.

« Avant, les grandes péniches de 38,50 m permettaient de faire bouger la vase, cela entretenait le canal. Bientôt, les péniches-hôtels finiront par ne plus pouvoir avancer », regrette Jeanine Ornez, une ancienne marinière, qui vit à Saint-Jean-de-Losne. Ce que confirme l’un des managers de la flotte de péniches-hôtels qui circulent de Saint-Jean-de-Losne à Vandenesse-en-Auxois : « Il nous arrive effectivement de toucher le fond quand le niveau est bas. Mais le canal de Bourgogne va quand même mieux que le canal du Centre (qui sera fermé pour partie cet été par manque d’eau). »

On l’aura compris, le canal, ce petit bijou de notre patrimoine, n’est guère en forme. Et ce n’est pas la loi du 11 janvier 2011, réformant VNF (Voies navigables de France) pour une relance de la voie fluviale, qui devrait changer le cours des choses. Au contraire, les budgets pourraient bien être réservés aux gros gabarits. Une incertitude de plus pour le canal de Bourgogne, qui joue, lui, dans la cour des petits gabarits.

 

52 Bourgogne.jpg

 

Monsieur François Patriat Président du Conseil Régional de Bourgogne le 29/04/2012:

 

« Une véloroute au bord d’un canal mort, cela ne sert à rien »

«Je me sens un peu seul sur l’intérêt et la passion que je porte au canal en tant que collectivité. Le conseil général ne s’est pas impliqué à part sur la véloroute mais une véloroute au bord d’un canal mort, cela ne sert à rien. La richesse patrimoniale, économique, touristique, environnementale du canal de Bourgogne est unique. C’est vrai que le canal manque d’entretien. Dans le contexte que nous connaissons, le réseau Frecynet ne représente plus aucun intérêt stratégique, pour l’Etat. Celui-ci fait donc, depuis des années, le service minimum.

En 2009, le contexte économique et financier permettait à la collectivité régionale d’envisager de consacrer une partie de son budget à la gestion des canaux et de bénéficier du soutien d’autres partenaires. Mais ce contexte a fortement évolué depuis et ne permet, ni à l’Etat, ni à la collectivité régionale seule de satisfaire ces conditions. C’est pourquoi la collectivité régionale a décidé de ne pas décentraliser les canaux de Bourgogne au 1er janvier 2013. Pour autant, le conseil régional n’abandonne pas les canaux. Il s’engage aux côtés de l’Etat et de VNF afin de poursuivre la restauration des canaux secondaires et protéger la ressource en eau. Une convention est en cours d’élaboration. La stratégie de valorisation touristique des canaux de Bourgogne, entreprise dès 2011, est, elle, en cours de finalisation. Elle permettra d’accompagner les projets concourant au développement d’activités autour de la voie d’eau. Elle sera présentée en juin lors de la prochaine session. Elle portera sur les projets d’amélioration des services au profit des navigants et sur les projets comme les prestations touristiques ou la valorisation des maisons éclusières.

Concernant l’envasement, une étude pour connaître la qualité et la quantité des matériaux à draguer sur le réseau est conduite par la région depuis 2011. L’ensemble des données sera connu prochainement. VNF pourrait alors effectuer des dragages au cours du second semestre 2013. »

Cela ne vous rappelle-t-il pas notre Canal du Midi? Et le malheur veut que ce soit la même chose pour le Canal de la Marne, le Canal des Deux Mers dont fait partie le Canal du Midi, le canal de Champagne à Bourgogne, le Canal d'Arques, le Canal du Nivernais, tous les canaux de jonction à bief de partage et encore je ne connais pas l'état des autres voies navigables qui semble-t-il ne sont pas en meilleur état.

 

50.jpg

Admettez que NKM bêchant, ça a de la gueule!

Mais avec son air évasif, ce sera mieus désenvasant! 

Heureusement Madame Nathalie Kosciusko-Morizet va bientôt connaître une période chômage, alors après avoir pris la bêche le 24 Novembre 2011, elle pourra mettre les bottes pour aller désenvaser. mais sera-t-elle aidé par nos bureaucrates des VNF?

Peut-être comprenez-vous pourquoi cette idée incongrue pour certains, d'établissements publics inter-régionaux subventionnés par l'État et les régions?

 

Guy SENTENAC le 29 Avril 2012

 

04/04/2012

Canal du Midi: Mode d'emploi !

 

Contrepèteries     Les nouilles ramollissent dans le corps

                                   Les présentes élections

                                   Les sites et les berges retrouvées

                                   Les lutins pêchent les maquereaux

Dicton Français :       Amis et vin vieux sont bons en tous lieux

Dicton Juif :               Le rire et la légèreté conduisent à la honte

Dicton Africain :        On ne peut remplir que ce qui est vide

Proverbe Chinois :    Celui qui excelle, ne discute pas, il maîtrise sa science et se tait

Dicton du jour:

Dans parlement, il y a parle et ment.

Léo Campion

 

Pour mieux comprendre le Canal du Midi!

Nous vous parlerons du Canal du Midi à Béziers et dans les prochains jours, nous vous parlerons de ce monument dans différentes autres villes ou régions. Mais les problèmes du canal sont difficiles à appréhender par la complexité apportée année après année par les politiques ou les différents services de l'État.

Aussi, afin de mieux comprendre certains termes ou certaines finesses apportées ça et là, nous vous apportons quelques précisions nécessaires à la compréhension des différents billets.

Lors du classement du canal au patrimoine mondial de l'UNESCO, un certain nombre de mesures et engagements avaient été prises dans le but de protéger le site dans son intégralité. Entre autres choses, une zone tampon a été définie. Cette zone tampon est représentative du paysage créé par le canal. C'est pourquoi la zone de protection est définie par les limites des communes riveraines avec, dans certains cas, l'intégration dans l'espace défini, de communes non riveraines mais se trouvant pratiquement riveraine du canal. Cette zone tampon devait être redéfinie et peaufinée après l'acceptation du dossier par l'UNESCO en 1996. Hors, il n'en a rien été et malgré de nombreuses discussions (trop nombreuses et improductives), aucun dossier complet représentatif de la zone tampon n'a été clairement défini, laissant ainsi la porte ouverte à toutes les indélicatesses de la part de ceux qui ne sont intéressé que par l'argent que représente le canal du Midi et ses abords.

Cet oubli n'a rien d'étonnant lorsqu'on sait que de tous les engagements pris par l'État lors de l'inscription à l'UNESCO, aucun n'a été tenu. Entre autres, l'État, par l'intermédiaire des Voies Navigables de France, devait restaurer totalement le monument dans les 10 ans suivants l'inscription, coûts estimés en 1989 pour la restauration, environ 25 millions d'euros. Nous sommes bien loin des sommes astronomiques annoncées maintenant par les VNF concernant les platanes.

Pourtant dans un document de référence relatif à l'insertion paysagère, architecturale et urbanistique du Canal du Midi, il a été clairement défini une délimitation cohérente de la zone tampon délimitant le monument en trois zones:

- La zone exceptionnelle constitué du domaine public fluvial (cuvette, chemins de halage, berges et alignements des plantations).

- Une zone sensible de largeur pouvant varier et jouxtant le canal. Cette zone sensible est définie comme l'espace en visibilité réciproque avec le Canal du Midi. cela correspond au paysage qui constitue les premiers plans visuels perçus depuis les abords du Canal.

- Une zone d'influence de largeur variable et dont les critères et les contours ont été clairement définis.

 

01 Canal du Midi zones sensibles.jpg

 

Ces zones ont été clairement cartographiées sur une charte interservices et devraient éviter les exagérations que chacun de nous peut quotidiennement apercevoir tout au long du canal. C'est pourquoi nous parlons parfois de la zone tampon, laquelle ne sert à rien aux yeux de certains décideurs ou lobbies et vous pourrez dès maintenant le vérifier pour la ville de Béziers: zone tampon, zone inondable, rien n'arrête ceux qui se croient au-dessus des lois. Et pourtant cette zone doit garantir la conservation de ce bien patrimonial, mais en plus ils doivent veiller à ce que les aménagements qui le concernent directement ou situés à ses abords, ne lui portent pas atteinte mais participent à sa sauvegarde et à sa mise en valeur

 

02 Canal du Midi zones délimitées.png

 

canal001.jpg

 

canal002.jpg

 

canal003.jpg

 


La zone tampon dans son intégralité

puis de Mirepeisset à Agde

en passant par Béziers

Nous espérons que ces quelques lignes vous auront permis déjà de mieux comprendre, mais vous savez comme nous qu'avec l'État, rien n'est simple et pourquoi rendre simple ce qui peut permettre de s'en mettre plein les poches.