Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/04/2012

Canal du Midi, canal des 2 Mers: vase, épaves, berges! A quand des accidents liés à l'incompétence?

Saint du jour :                   Saint Robert

Contrepèteries :               L'harmoniste se délecte avec les sons

                                             Ce poulpe est tentaculaire

                                             Ces moines sont toujours pressés pour dîner

                                             Ce Tito était caché par la cloison                             

Dicton Français :               Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Dicton Juif :                       Choisis plutôt d'être la queue du lion que la tête du renard.

Dicton Africain                  Il n'y a pas d'enfants indésirables.

Proverbe Chinois :           Un jour de loisirs c'est un jour d'immortalité

Dicton du jour:

La religion est la maladie honteuse de l'humanité ; la politique en est le cancer

Henri de Montherlant

 

Canal du Midi, canal des 2 Mers: vase, épaves, berges! A quand un accident lié à l'incompétence?

 

50.jpgEnfin des politiques qui se bougent après avoir constaté la dangerosité d'une épave sur le bord du chemin de halage du Canal des 2 Mers. Pierre Camani et Jean-Luc Barbe du conseil général du Lot-et-Garonne ont tiré la sonnette d'alarme car s'inquiétant de la position d'une épave renflouée par les Voies Navigables de France et placée en équilibre instable le long du chemin de halage.

Il s'agit bien là du travail habituel des VNF, agissant à la va-vite et sans aucun respect pour l'environnement, la santé des habitués de nos canaux ni pour la nature dont ils se moquent éperdument, eux qui sont nominés pour un prix de l'Union Européenne.

52.JPGC'est là un exemple supplémentaire du savoir-faire des Voies Navigables de France et de la SNSO (Service Navigation du Sud-Ouest). D'autres exemples des travaux effectués, nous en avons déjà donné de multiples au travers des billets précédents. Que ce soit la vase enlevée et déposée dans des sacs de jute posés en équilibre le long des chemins de halage, mais là aucun politique ne l'a vu car ni les conseillers généraux de Haute-Garonne ni les conseillers municipaux de Toulouse ne vont se promener le long des canaux, ce qui est un comble lorsqu'on sait que le Conseil Général de Haute-Garonne jouxte le Canal du Midi à deux pas des Ponts-Jumeaux. Et que dire des berges qui s'écroulent en plusieurs endroits des canaux, deux exemples, le premier à Toulouse Lalande ou les berges ont été détruites par les VNF elles-mêmes lors de l'enlèvement de vase, le deuxième à Ventenac-en-Minervois ou bientôt, la route nationale empruntera le cours du canal du Midi. Des épaves, il n'y a pas que dans le Lot-et-Garonne qu'on peut en trouver, voyez par exemple l'épave éventrée laissée dans le canal  au milieu de 4 à 5 autres épaves et juste devant l'un des fleurons  de Monsieur le Sénateur Maire de Béziers, le Zingo-Zanga bâtie sur la zone sensible du canal.

51.JPG

 

53.JPG

 

54.JPG

 

Et des exemples, il y en a des centaines, qui démontrent l'incompétence chronique du gérant des voies navigables. Il n'est qu'à constater leur incapacité à effectuer des renforcements de berges par tunage, deux test à Carcassonne et Capestang et deux échecs. Alors braves gens ne vous étonnez plus si les racines des platanes abattus, lesquels racines contiennent toujours le champignons du chancre coloré, ne soient pas enlevées alors qu'on a déjà replanté. Ces racines vont supporter les berges le temps qu'elles pourrissent et lorsque dans quelques années, les racines ne soutiendront plus les berges, qua va-t-il se passer? Les VNF et la SNSO seront encore étonnés mais ne feront rien de plus. Et puis si accident il arrive, les VNF pourront toujours se cacher derrière le fait qu'il faut avoir une autorisation pour faire du vélo sur les berges alors que ce sonr les Conseils Régionaux qui entretiennent ces Voies Vertes. Ce jour-là, bonjour l'imbroglio.

Chercher des mécènes pour pallier l'indigence de l'État et l'incompétence des VNF, plutôt chercher déjà des solutions pour faire un travail bien fait plutôt qu'un travail bâclé en permanence.  

Guy SENTENAC le 30 Avril 2012

 

 

29/04/2012

Canal du Midi, Canal de Bourgogne: même combat et mêmes raisons. merci l'État et les VNF, merci NKM!!

Saint du jour :                   Saint Wilfrid

Contrepèteries :               Superman a une bouille incroyable

                                             Seize heures de bagnole

                                             Sagesse est source de foi

                                             Une escalope sur une petite salade                      

Dicton Français :              Qui outrepasse sa charge, tombe en désaveu.

Dicton Juif                          L'honneur de ton ami te doit être aussi cher que le tien             

Dicton Africain :              Marche en avant de toi-même, comme le chameau devant la caravane

Proverbe Chinois :          Qui ne sait par ou il est venu ne saura par ou s'en aller

Dicton du jour :

La loi est la même pour tous les misérables.

Carlo Dossi

 

Canal du Midi, Canal de Bourgogne: même combat et mêmes raisons. Merci l'État et les VNF, merci NKM!!

Comme déjà dit et comme répété, la situation du Canal du Midi n'est pas unique et de nombreux canaux Français subissent le même sort que notre monument classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Peut-être est-ce son classement qui lui vaut d'être plus souvent cité ou est-ce l'affluence de touristes. Toujours est-il que le Canal du Midi n'est pas un cas unique au sein des voies navigables françaises. Il n'est qu'à constater ce que des élus disent du canal de Bourgogne, autre canal faisant partie du patrimoine Français:

Le Président du Conseil Régional de Bourgogne le 29/04/2012:

 

51 bourgogne et champagne.jpg

 

Le Canal de Bourgogne, un chef d'œuvre en péril?

Maisons éclusières à l’abandon, entretien des berges insuffisant, infrastructures fatiguées… Le canal de Bourgogne prend l’eau et souffre. Explications.

Comme chaque année, et presque comme si de rien était, le 30 mars, le canal a repris du service. Les péniches, les bateaux ont fait leur réapparition et les éclusiers ont enfourché leur mobylette. Mais la donne a changé. La Région renonce à la gestion du canal de Bourgogne qu’elle avait pris à l’essai, en 2010, pour une durée de trois ans. L’expérience prendra donc fin le 31 décembre 2012. Ce changement d’orientation est une conséquence directe de la crise économique. « Le montant des travaux nécessaires pour l’entretien du réseau des canaux bourguignons, estimé à 220 millions d’€, atteint en fait 330 millions », a précisé le président du conseil régional, pour justifier la décision de la Région. François Patriat s’était néanmoins voulu rassurant : « Cela ne remet pas en question le soutien aux projets touristiques. »

Mais pour qui fréquente le chemin de halage, le changement est palpable. Autrefois pimpantes et fleuries, nombre de maisons éclusières sont aujourd’hui à l’abandon. Le trafic baissant, il n’a plus été nécessaire de garder un éclusier dans chaque écluse. « Celles qui sont fermées finissent par se délabrer et tombent en ruine », se désole Laurent Richoux, président de l’association Autour du canal et co- auteur du Livre Blanc des canaux de Bourgogne. Ce rapport, très complet, n’hésite pas à appuyer là où ça fait mal. « Les canaux ont du mal, en l’absence de flux touristiques suffisants, à trouver un fonctionnement pérenne. Dans l’organisation actuelle, ils sont sous-exploités et sont donc menacés. »

On s’interroge. Pourquoi ne pas ouvrir les maisons éclusières à la location ? Pourquoi ne pas réglementer la circulation des pelotons de cyclistes pour attirer davantage de promeneurs et de familles sur les chemins de halage ?

« L’expérimentation par la région a fait murir des initiatives. On a vu réapparaître des loueurs de bateaux, la nouvelle du désengagement a été comme un coup de massue », confie Laurent Richoux.

« Avant, les grandes péniches de 38,50 m permettaient de faire bouger la vase, cela entretenait le canal. Bientôt, les péniches-hôtels finiront par ne plus pouvoir avancer », regrette Jeanine Ornez, une ancienne marinière, qui vit à Saint-Jean-de-Losne. Ce que confirme l’un des managers de la flotte de péniches-hôtels qui circulent de Saint-Jean-de-Losne à Vandenesse-en-Auxois : « Il nous arrive effectivement de toucher le fond quand le niveau est bas. Mais le canal de Bourgogne va quand même mieux que le canal du Centre (qui sera fermé pour partie cet été par manque d’eau). »

On l’aura compris, le canal, ce petit bijou de notre patrimoine, n’est guère en forme. Et ce n’est pas la loi du 11 janvier 2011, réformant VNF (Voies navigables de France) pour une relance de la voie fluviale, qui devrait changer le cours des choses. Au contraire, les budgets pourraient bien être réservés aux gros gabarits. Une incertitude de plus pour le canal de Bourgogne, qui joue, lui, dans la cour des petits gabarits.

 

52 Bourgogne.jpg

 

Monsieur François Patriat Président du Conseil Régional de Bourgogne le 29/04/2012:

 

« Une véloroute au bord d’un canal mort, cela ne sert à rien »

«Je me sens un peu seul sur l’intérêt et la passion que je porte au canal en tant que collectivité. Le conseil général ne s’est pas impliqué à part sur la véloroute mais une véloroute au bord d’un canal mort, cela ne sert à rien. La richesse patrimoniale, économique, touristique, environnementale du canal de Bourgogne est unique. C’est vrai que le canal manque d’entretien. Dans le contexte que nous connaissons, le réseau Frecynet ne représente plus aucun intérêt stratégique, pour l’Etat. Celui-ci fait donc, depuis des années, le service minimum.

En 2009, le contexte économique et financier permettait à la collectivité régionale d’envisager de consacrer une partie de son budget à la gestion des canaux et de bénéficier du soutien d’autres partenaires. Mais ce contexte a fortement évolué depuis et ne permet, ni à l’Etat, ni à la collectivité régionale seule de satisfaire ces conditions. C’est pourquoi la collectivité régionale a décidé de ne pas décentraliser les canaux de Bourgogne au 1er janvier 2013. Pour autant, le conseil régional n’abandonne pas les canaux. Il s’engage aux côtés de l’Etat et de VNF afin de poursuivre la restauration des canaux secondaires et protéger la ressource en eau. Une convention est en cours d’élaboration. La stratégie de valorisation touristique des canaux de Bourgogne, entreprise dès 2011, est, elle, en cours de finalisation. Elle permettra d’accompagner les projets concourant au développement d’activités autour de la voie d’eau. Elle sera présentée en juin lors de la prochaine session. Elle portera sur les projets d’amélioration des services au profit des navigants et sur les projets comme les prestations touristiques ou la valorisation des maisons éclusières.

Concernant l’envasement, une étude pour connaître la qualité et la quantité des matériaux à draguer sur le réseau est conduite par la région depuis 2011. L’ensemble des données sera connu prochainement. VNF pourrait alors effectuer des dragages au cours du second semestre 2013. »

Cela ne vous rappelle-t-il pas notre Canal du Midi? Et le malheur veut que ce soit la même chose pour le Canal de la Marne, le Canal des Deux Mers dont fait partie le Canal du Midi, le canal de Champagne à Bourgogne, le Canal d'Arques, le Canal du Nivernais, tous les canaux de jonction à bief de partage et encore je ne connais pas l'état des autres voies navigables qui semble-t-il ne sont pas en meilleur état.

 

50.jpg

Admettez que NKM bêchant, ça a de la gueule!

Mais avec son air évasif, ce sera mieus désenvasant! 

Heureusement Madame Nathalie Kosciusko-Morizet va bientôt connaître une période chômage, alors après avoir pris la bêche le 24 Novembre 2011, elle pourra mettre les bottes pour aller désenvaser. mais sera-t-elle aidé par nos bureaucrates des VNF?

Peut-être comprenez-vous pourquoi cette idée incongrue pour certains, d'établissements publics inter-régionaux subventionnés par l'État et les régions?

 

Guy SENTENAC le 29 Avril 2012

 

25/04/2012

Canal du Midi et VNF c'est je t'aime moi non plus!!

Saint du jour :                   Saint Marc                         

Contrepèteries :             Les jeunes filles romanesques adorent les nids à verdures

                                           Les ponts de Cologne sont immenses

                                           Ma dactylo n'a que faire de votre porte-mine

 Dicton Français :            Ne sait point pardonner qui ne sait punir.

Dicton Juif :                      N'enseigne pas à ton père comment faire des enfants

Dicton Africain :              La persévérance est un talisman pour la vie.

Proverbe Chinois :          Plus le méchant est riche et honoré, plus l'extinction de sa race est assurée

Dicton du jour :

Quand la société serre les fesses, les espaces de liberté rétrécissent

Roland Topor

 

 

Canal du Midi et VNF c'est je t'aime moi non plus!

Je suis de plus en plus amusé à la lecture, chaque jour, des articles qui se rapportent aux VNF et au Canal du Midi. Amusé, comprenons-nous, non pas par l'état du monument qui empire de jour en jour, non pas par les nouvelles alarmantes d'envasement ou de mauvais état, non, par les nouvelles toujours aussi optimistes de la part des VNF. Car pour ceux qui s'intéressent aux deux sujets, tout baigne comme on dit si bien, il n'y a pas de soucis à se faire.

50.jpgMais rassurez-vous braves gens, le Canal du Midi, le Canal de la Robine, le Canal latéral à la Garonne ne sont pas les seuls à être mal entretenus, des voix s'élèvent du côté du Canal de Bourgogne, d'autres du côté de la Saône. Et que dire du canal d'Arques à Saint-Omer, le lit est tellement envasé (deux mètres par endroit) qu'une île s'est formée en son milieu, et lorsque le Syndicat Mixte de Gestion des Eaux local demande d'intervenir aux Voies Navigables de France, c'est un refus catégorique et raison invoquée "MANQUE D'ARGENT" j'oserais dire "Manque de liquidités". Pour la petite histoire, cet épisode d'envasement se passe pile en face de l'antenne audomaroise des VNF, lesquelles ne peuvent pas dire qu'ils n'étaient pas au courant.

 

Alors lorsqu'on lit au détour d'un site internet que les Voies Navigables de France sont nominées pour les trophées Européens du développement durable parce qu'ils préservent la biodiversité lors de la réfection des berges. De qui se moque-t-on?? Qui a pris cette décision de proposer les VNF? mais le Ministère de Madame Kosciusko-Morizet bien sûr!

51.JPG

52.JPG

Des exemples de biodiversité et d'entretien

vus par les VNF.

Cela vaut bien un trophée Européen.

Il est deux interrogations que je me fais en permanence: Comment les VNF gèrent le Canal du Midi? et Pourquoi les Conseils Régionaux disent-ils ne pas vouloir donner à la place de l'État propriétaire alors qu'ils le font quand même?!!

Pour la première question, il faut tout de même admettre qu'il est difficile de restaurer et entretenir sans avoir le moindre sou du propriétaire. Mais d'un autre côté il faut se demander comment se fait la gestion des priorités. On a pu voir et je l'ai démontré dans un billet précédent que les VNF n'ont rien fait dans les temps pour l'épidémie du chancre coloré et qu'ils continuent à ne rien faire, à part Villedubert et Trèbes qui ont vu de nouvelles plantations, les autres communes n'ont rien vu venir (voir l'exemple actuel de Villeneuve-les-Béziers). Cette épidémie est connue depuis 1989  et non pas 2006 comme le disent les VNF. L'envasement, parlons-en, certains Narbonnais commencent à crier au scandale après avoir lu sur le journal local que le canal de la Robine était envasé. Moi qui habite à Toulouse, j'avais déjà prévenu de cet envasement après avoir vu l'état du canal dans sa période de chômage. Les VNF se contentent de retirer la vase sur des distances de 20 à 30 mètres lorsqu'un bateau commence à racler dangereusement le fond de la cuvette. Est-ce cela de la gestion? Et il en est de même pour tout ce qui touche les canaux du Sud-Ouest et du Midi.

Quant aux Conseils Régionaux qui ne veulent pas donner pour la restauration et l'entretien, sous le prétexte que c'est l'État qui est propriétaire, qu'ils ne nous fassent pas rigoler, il donnent quand même.  Des 53.jpgexemples? Le village de La Redorte dans l'Aude a décidé de refaire les berges du Canal du Midi dans son passage dans leur commune. Ce travail a été remarquablement bien fait et devrait être copié par d'autres. mais qui a payé? Comme vous le montre la pancarte: la commune 46%, le Conseil général Languedoc-Roussillon 28% et l'État 20% seulement. Un autre exemple, la restauration du pont-canal d'Agen sur le canal latéral de Garonne, qui sera entamée lors de la prochaine période de chômage, est financée par l'État à hauteur de 47% (4,575 M euros) et la Région Aquitaine 34% (3,412 M euros). Enfin un dernier exemple pour la route, VNF, la Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée et la ville d'Agde viennent de signer un partenariat d'aménagement d'un site de port fluvial le long du Canal du Midi (y a -t-il eu concertation avec l'UNESCO?), mais qui va payer? L'État via les VNF? cela serait très étonnant, les collectivités locales? Oh que oui!!!!

Et après, les Régions par l'intermédiaire de leurs Président, refusent de restaurer le Canal du Midi, quelle mauvaise foi! Mais le gagnant dans l'histoire, ce sont les Voies Navigables de France qui signent des partenariats sans avoir à débourser quoi que ce soit.

Vous comprenez pourquoi maintenant, j'avais proposé en Septembre 2011, lors d'une conférence de presse, la création d'une Entreprise Publique multi-régionale chargée des voies navigables sur les trois régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, ainsi que de la mise en valeur patrimoniale et touristique.

Guy SENTENAC le 25 Avril 2012

A partir d'aujourd'hui, je n'autorise plus l'association Pais Nostre à utiliser mon travail comme il a déjà été fait sans mon autorisation.