Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/04/2012

Public, privé? Connaître les grandes différences pour mieux en parler!

Contrepèteries  :            Pas de bonne chasse sans solides pieds

                                               Pour parvenir au but il faut du courage

                                               On compte souvent plusieurs courses pour un seul but

                                               On dîne mieux quand on est peu                           

Dicton Français :              Si tu veux vivre en paix, vois, écoutes et te tais.             

Dicton Juif .:.                     Songe dans le vestibule, à te mettre en l'état de paraître dans la salle

Dicton Africain                                La mort de donne pas de rendez-vous

Proverbe Chinois :         Mieux vaut mécontenter par cent refus que de manquer une seule promesse

Dicton français du jour :

Comme un politicien ne croit jamais à ce qu'il dit, il est toujours étonné que d'autres le fassent

Charles de Gaulle

 

Public? Privé? Connaître les grandes différences pour mieux en parler!

 

 51.jpgEn matière d'emploi, de salaires, de retraites, de couvertures sociales, etc, lorsqu'on ne sait plus quoi dire, on oppose toujours Public et Privé car pendant ce temps, les politiques peuvent souffler. Il est certain qu'il est difficile de comparer mais peut-être est-il utile de rappeler les grandes différences qui existent, même si ce billet ne se veut pas exhaustif et parfait. On retrouve de grosses différences dès le recrutement jusqu'à la retraite.

Recrutement:

Dans le secteur privé, les embauches se font sur CV et entretiens, mais il apparaît de plus en plus que toutes les offres ne sont pas rendues publiques ce qui entretient ce qu'on pourrait appeler le "système démerde". Dans la fonction publique d'État, le recrutement se fait par concours par catégorie, la réussite aux concours assure un poste de fonctionnaire d'État à vie sauf dans la période de stagiaire. La fonction publique territoriale mêle un peu des deux, concours et entretiens.

Salaires:

Globalement, les rémunérations dans le public sont  supérieures au privé, mais là encore il faut faire un distingo entre État et territorial. Les moyennes relevées sont de 2377 euros pour la fonction d'État et hospitalière, 2156 dans la fonction territoriale et 2041 dans le privé. Il faut cependant pondérer ces moyennes, les temps de travail étant supérieurs dans le privé par rapport au public en particulier pour les cadres.

Temps de travail:

La moyenne dans le privé est supérieure au public, 38,5 heures pas semaine dans le privé contre 37 heures dans le public. Cette différence a grandi depuis ces dernières années et le fiasco des 35 heures. De plus les heures supplémentaires sont très utilisées dans le public, 30% dans l'administration publique pour moins de 10% dans le privé. L'utilisation des heures supplémentaires est en constante augmentation dans le public, ce qui est un paradoxe, utiliser des heures supplémentaires alors qu'on supprime des postes en masse!!?

Licenciements:

On connaît malheureusement la situation désastreuse de l'emploi dans le privé ou les licenciements économiques sont de plus en plus nombreux, enfin, économiques...paraî-il!!! Dans le public, le licenciement économique n'existe pas et lorsqu'un service est supprimé, les agents sont automatiquement reclassés.

Allocations familiales:

Toutes les familles perçoivent, quels que soient leur revenu, des prestations familiales. Mais dans le public, les agents perçoivent un supplément familial de traitement à partir de la naissance d'un enfant et jusqu'à ce qu'il ne soit plus à charge. Ce supplément est plafonné et calculé en additionnant une part fixe et une part variable calculée sur la rémunération.

Cotisations sociales:

Là encore des différences en faveur du public même si globalement les cotisations sont proches entre privé et public. Les prises en charge sont identique entre privé et public. Par contre les arrêts maladie et les invalidités ne sont pas régularisés de la même façon. Il n'est que constater le problème de la période de carence récemment remise en question mais toujours pas solutionnée. Bien que les avantages soient en faveur du public, il est étonnant de constater que les taux de cotisation employeur soient supérieurs dans le privé (12,8%) que dans le public (9,1%). Employés à vie, les fonctionnaires ne payaient aucun chômage jusqu'à 1983. Depuis cette date, ils payent une cotisation de solidarité de 1%, ce qui est loin des 6,4% payés pare les entreprises et salariés du privé.

Retraites:

52.jpgIl serait trop long d'expliquer les différences entre privé et public tellement elles sont nombreuses et compliquées. Des exemples toutefois: le montant de la future retraite est calculée en fonction des cotisations pour le privé et garantie par l'État pour le public, le calcul se fait sur les 25 meilleures années voir la carrières complète(ARRCO AGIRC) pour le privé, sur les 6derniers mois pour le public. Résultat, la moyenne enregistrée des retraites hors réversion est de: hommes 2204 euros dans le public, 1657 dans le privé, femmes 1749 euros dans le public et 650 euros dans le privé. Cette différence s'explique par la précarité de l'emploi dans le privé et particulièrement pour les femmes.

Arrêts maladie et absentéisme:

50.jpgC'est ce que certains appellent le fléau de la fonction publique. L'absentéisme y compris maternité, motifs syndicaux et autres est en moyenne de 24,8 jours par an et par personne hors congés. Plus la taille de la collectivité augmente, plus l'absentéisme augmente lui aussi. Il est certain que là encore la précarité de l'emploi dans le privé joue sue l'absentéisme.

Logements de fonction:

Aucun avantage n'existe dans le privé, sauf peut-être pour certains cadres supérieurs à titre temporaire. Environ 130.000 fonctionnaires bénéficient de logements de fonction ce qui représente en moyenne un avantage d'environ 10000 euros par an et par agent et coûte 1,30 milliards d'euros à l'État. A cela s'ajoute la prise en charge des dépenses d'eau, d'électricité et gaz et un abattement fiscal de 33% alors que les loyers sont sous-estimés au lieu des 10% habituels. Enfin environ 850.000 agents bénéficient d'une indemnité de résidence d'une moyenne de 500 euros par an et par agent, soit 1 milliard d'euros par an pour l'État.

Cette liste à la Prévert n'est pas faite pour montrer du doigt les inégalités mais pour que les discussions qui ont immanquablement lieu de temps à autre, reposent sur du concret et que cessent les exagérations lors de ces discussions.

Guy SENTENAC le 24 Avril 2012

 

 

23/04/2012

Paysages occitans: Chefs-d'œuvre et patrimoine en péril!!

Saint du jour :                   Saint Georges

Contrepèteries :             Ce cric a l'air bon

                                               Cette crue n'interdit pas d'aller jusqu'à la grotte

                                               Cette lutte est vraiment passive

                                               Des carrioles sans mulet             

Dicton Français :               Le Normand vous attrape quand il peut, le Provençal quand il veut.

Dicton Juif :                       Aime le travail, fuis la dignité et éloignes-toi des princes

Dicton Africain :              En quelques pays ou tu entres, conformes-toi à ses Mœurs

Proverbe Chinois :          Qui se laisse donner n'est pas bon à prendre

Dicton du jour :

C'est dommage que 90% des politiciens donnent une mauvaise image des 10% qui restent.

Henry Kissinger

 

 

Paysages Occitans: Chefs-d'œuvre et patrimoine en péril!

 

Quelle est la plus grande richesse des régions Occitanes? Certainement pas leur sous-sol comme le pensent TOTAL et certains politiques intéressés par des retombées dans leurs poches, certainement pas le vent comme on veut nous l'imposer et en particulier ceux qui se disent écologistes en participant activement à l'élaboration de fausses études d'impact. Nos plus grandes richesses sont le soleil et le tourisme, et lorsqu'on parle tourisme on pense automatiquement patrimoine, monuments, paysages.

Je crois que tout le monde sais maintenant que je me bats pour la restauration du Canal du Midi et la mise en valeur de nos paysages et de nos richesses culturelles, mais j'avoue avoir peur pour l'avenir, tant les lobbies et les politiques veulent massacrer les principales richesses de nos régions. TOTAL, VEOLIA, VINCI, entre autres, se battent comme des charognards pour se partager ce qu'il reste de nos richesses paysagères. Bâtir des pylônes sans âmes jusqu'à 150 mètres de haut, totalement improductifs et entraînant une pollution due aux centrales thermiques nécessaires aux fréquentes périodes de manque de vents, détruire les sous-sols et les nappes phréatiques sous prétexte de rechercher du gaz de schiste, creuser, bétonner, excaver, détruire faune et flore, voila l'avenir du sud de la France car ayant une richesse inouïe: le vent le long de la Méditerranée, les gaz de schiste quasiment dans les mêmes régions. Si on ajoute à tout cela, les destructions accidentelles de l'homme, le manque d'entretien et de restauration, les constructions sauvages de promoteurs véreux, la construction d'entreprises polluantes comme celle liée à l'huile de palme, nous aurons bientôt détruit le peu qu'il nous reste de qualité de vie. Vous pourrez bientôt déguster un pastis à l'eau polluée par les gaz de schiste à l'ombre d'une éolienne de 150 mètres de haut (la moitié de la Tour Eiffel).

Est-ce cela que vous désirez, vous qui regardez faire sans bouger? Est-ce cela que vous désirez, politiques qui laissez faire pour de sombres histoires d'argent?

Il n'y a pas d'argent pour restaurer notre patrimoine et là je pense au Canal du Midi en particulier, mais il y a des milliards et des milliards de subventions pour détruire les sous-sols, polluer eau et air, augmenter chaque jour la déforestation, détruire la faune et la flore avec l'accord bienveillant des écolos politiques.

Qua va-t-il rester aux générations futures après que quelques personnes sans scrupule et avide d'entasser des billets de banque aient totalement détruit le monde? Ce sont sans aucun doute ces mêmes personnes qui commencent déjà à construire des abris antiatomiques afin de se protéger de ce qu'ils auront occasionné.

 

100.JPG

OU

101.jpg

IL FAUT CHOISIR

 

Plutôt que de favoriser les recherches énergétiques à grands coups de milliards d'euros en détruisant tout sur notre Terre et en amenant un désastre écologique, il vaudrait mieux rechercher comment consommer moins, comment réutiliser et recycler. Allez demander aux habitants de Fort Worth ce qu'ils pensent du gaz de schiste, est-ce cela qu'on veut reproduire dans nos régions? Du gaz et des produits chimiques dans l'eau du robinet, des myriades de camions de transport, sans compter les affaissements qui se produiront dans un certain temps. Favoriser l'implantation d'éoliennes, c'est favoriser la déforestation, l'élimination d'espèces aussi bien végétales qu'animales. Le nucléaire est dangereux, c'est d'accord, mais le nucléaire existe, alors pourquoi mettre en place un nouveau système largement aussi polluant malgré ce que maintiennent  les gens intéressés par ces installations.

 

106.jpg

OU

102.jpg

OU

103.jpg

IL FAUT CHOISIR

 

Il n'est pas encore trop tard. En tout cas lorsque je vois nos paysages et ce que nous pouvons déjà voir, mon choix est déjà fait.

 

PS:  Le présent billet peut être dupliqué intégralement par l'association Pais Nostre en manque total d'idées et reprenant celles des autres.  

 

Guy SENTENAC le 23 Avril 2012

 

21/04/2012

N.S: Gardera-t-il son siège?

56.jpg

Tempête sous un crâne:

Je me casse

ou

 je tire la chasse?